À quand OuestMont!

« Émeutes. Peter Trent traînerait le gouvernement en Cour suprême, Brent Tyler déposerait une plainte de génocide à l’ONU, et Don Donderi ferait placer des panneaux-réclames à toutes les entrées du Québec, prévenant les visiteurs qu’ils pénètrent sur une terre de racisme. Le National Post serait en feu. Et je n’ose penser à Don Cherry… »

Impératif français
Attention : M. Jean-Paul Perreault, Président

Suite à notre conversation téléphonique (1er juin) au sujet du Rosemount technology center, voici des éléments pertinents au dossier.

Tout d’abord, le site web de l’institution, puis celui de la CSEM.

Vous noterez que, dans les deux cas, Rosemont est écrit en français et «traduit» en anglais par Rosemount (au bas de la page pour le deuxième). Ce qui n’est pas le cas de l’enseigne de l’établissement (photo jointe), sur la rue Beaubien, qui, même en français, utilise la graphie «Rosemount». Sur la photo, on voit d’ailleurs que cela ne date pas d’hier, puisque le bâtiment abritait auparavant l’école secondaire Rosemount. Beau vestige de l’époque speak white, où la langue de la majorité n’était plus ou moins qu’un idiome indigène indigne d’existence officielle. Rhodésie, disait René Lévesque.

On parle ici d’une institution publique, financée par les fonds tout aussi publics, et sous la juridiction du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES). Imaginons un CLSC sur la rue Greene, près de l’intersection Dorchester (!), que l’on appellerait le CLSC Ouestmont. Émeutes. Peter Trent traînerait le gouvernement en Cour suprême, Brent Tyler déposerait une plainte de génocide à l’ONU, et Don Donderi ferait placer des panneaux-réclames à toutes les entrées du Québec, prévenant les visiteurs qu’ils pénètrent sur une terre de racisme. Le National Post serait en feu. Et je n’ose penser à Don Cherry…

Ici, rien. Tout est beau. Béat, même. J’ai parlé au bureau du député de Rosemount, M. Jean-François Lisée, chef du PQ, pour me faire servir des arguments dignes de Julius Grey, genre «ils avaient ce nom déjà bien avant la loi 101» ou «c’est rien qu’une affiche sur une bâtisse». De plus, on m’a affirmé que la situation était conforme, affirmation allant à l’inverse de l’avis fourni par l’OQLF au MEES (confirmé lors d’une conversation téléphonique, le 19 août 2016, par le MEES), selon lequel cette situation n’est pas conforme aux dispositions de la Charte, et de l’avis de la Commission de toponymie, selon lequelça n’en respectait pas les normes. Sans parler du plus élémentaire des respects qui veut qu’on ne traduise pas des noms propres. À quand l’école Seven Islands, ou le collège Three Rivers ? Tous arguments rejetés du revers de la main par le représentant de M. Lisée, M. Jean-Pierre Sylvain. On comprend que M. Lisée ne souhaite pas faire de vagues de cette nature en cette période de clientélisme élargi.

Mes démarches ont débuté en janvier 2016. Je me suis adressé successivement à l’institution en cause, à l’OQLF, à la Commission de toponymie, au MEES, à la Commission scolaire English-Montreal, au PQ et au MQF. Renvois de balle, obstruction, atermoiements, manoeuvres dilatoires, lavage de mains, c’est, dans les meilleurs cas, ce que j’ai récolté. Vous êtes le premier, monsieur Perreault, qui ait montré quelque sensibilité pour cette affaire.

Je vous remercie à l’avance, pour toute démarche que vous entreprendrez à ce sujet. J’aimerais en être informé, si vous voulez bien.

Michel Brunelle
Laval

Adresses utiles :

Rosemount Technology Centre :
info@rosemount-technology.qc.ca

Commission scolaire English Montreal :
Directeur général adjoint (div. administration) de la CSEM, M. Angelo Marino : amarino@emsb.qc.ca
Directeur des services juridiques CSEM, Me Benoît Duheme : BDuheme@emsb.qc.ca
Responsable des demandes d’accès à l’information pour la CSEM, Me Nathalie Lauzière : NLauziere@emsb.qc.ca

OQLF : plaintes@oqlf.gouv.qc.ca

Commission de toponymie : topo@toponymie.gouv.qc.ca

Sébastien Proulx : ministre.education@education.gouv.qc.ca

Jean-François Lisée : chefopposition@assnat.qc.ca et Jean-Francois.Lisee.ROSE@assnat.qc.ca

1 commentaire

  1. Toujours 2 poids 2 mesures en faveur de l’anglais, JAMAIS l’inverse chez les anglophiles québécois…. RÉVEILLONS-NOUS… Il est minuit moins cinq… pas encore le temps du « réveillon de Noël! »

Les commentaires sont fermés pour cet article.