TC MÉDIA – Retour vers le futur à la Baie-James

Le Jamésien

Après près de 60 ans de journaux unilingues français à la Baie-James, le journal Le Jamésien est fier de retourner dans le passé en publiant certains de ses articles en anglais. Pour l’éditrice Madame Karine Desbiens : « C’est une grande première pour ce mensuel qui veut toujours aller plus loin afin d’atteindre le plus grand nombre de lecteurs à la Baie-James ».

http://www.lamediatheque.tc/wp-content/uploads/html/JA_20160311/index.html#p=6

À sa façon, TC Média refuse de dire à la diversité québécoise que l’avenir, le rapprochement et la cohésion sociale passent au Québec par la connaissance du français, langue commune d’usage public que tout le monde doit connaître et parler sinon apprendre.

7 commentaires

  1. Canadian tire fait la même chose en Estrie en anglais et français . Je suis tanné de cette aliénation mentale . Comment les gens font-ils pour vivre de façon bicéphale sans arrêt ? Pas capable d’utiliser le français à son plein potentiel à cause de cette traduction continuelle .

  2. Félicitations au Jamésian pour sa décision courageuse.

  3. Colonisé un jour,colonisé toujour

  4. Qui ou quoi va RÉVEILLER la FIERTÉ traditionnelle et en voie de disparition des Québécois endormis dans « leur confort et leur indifférence » pour récupérer leurs droits francophones « dans l’honneur et l’enthousiasme » ???

  5. On peut supposer que les lecteurs anglophones sont nombreux, qu’ils aideront le journal à vivre, qu’ils achèteront beaucoup de publicité. On peut supposer qu’il n’y a pas là de snobisme ou de suivisme. On peut supposer aussi que ce n’est pas pour enseigner l’anglais aux lecteurs francophones mais pour amener les anglophones et les autochtones à apprendre le français. Et, pourquoi pas? l’idée facilitera peut-être l’obtention de subventions fédérales… pour l’expansion du français! Mais, au fait, pourquoi néglige-t-on les langues des autochtones? Elles sont en danger. Et l’anglais est (a toujours été) beaucoup plus néfaste à leur égard que le français. Ce sont les autochtones qui seront les premières victimes de la décision des journaux TC.

  6. Il est où le problème?

    • Le problème? C’est qu’on n’était pas colonisés pendant une certaine période. Fiers que nous étions de nos réalisations gigantesques tout en français. Et là on est redevenus colonisés. Publier tout en français ça ne se peut plus. Comme Canadian Tire en Outaouais.

Les commentaires sont fermés pour cet article.