Le mouvement Impératif français vous appartient

Campagne pour contrer la francophobie et l’anglomanie à diffuser très largement

Les actes francophobes se multiplient. La ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, reconnaît que les Québécois peuvent faire l’objet de propos « inacceptables » et parfois « discriminatoires » au Canada – dans les médias sociaux, la presse anglophone ou ailleurs…

Sur le même sujet : Le Bloc veut qu’Ottawa lance une campagne de sensibilisation pour enrayer la haine envers les Québécois et «Québec bashing» Populaire – Dénoncer les «propos discriminatoires» suffit, dit la ministre Joly

Le mouvement Impératif français remonte au front pour dénoncer les attaques malveillantes envers les francophones et leur langue, le français, seule langue officielle du Québec depuis l’adoption de la loi 22 par le gouvernement de Robert Bourassa, en 1974, et relance la campagne contre la francophobie et l’anglomanie.

Pourquoi? Parce que partout au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde les actes francophobes se multiplient dans un environnement où la déification de l’anglais passe par une vénération excessive du bilinguisme, et ce, au détriment du respect des droits linguistiques fondamentaux des francophones.

Quebec Bashing 3 Quebec Bashing 1

En outre, sur le sol québécois, les marques de francophobie prennent des formes diverses, que ce soit par l’utilisation outrancière de marques de commerce unilingues anglaises comme noms d’entreprise, par la place prépondérante de l’anglais comme langue de travail dans les entreprises et dans les grands chantiers de construction, par le refus d’apprendre et de parler français, par l’anglicisation des institutions publiques encouragée notamment par des élus et des fonctionnaires qui veulent imposer l’anglais au Québec.

Quebec Bashing 2

Bien sûr, pour contrer ces affronts linguistiques qui débouchent inévitablement sur la francophobie il faudrait pouvoir compter sur un Office québécois de la langue française doté de véritables pouvoirs en matière de traitement des plaintes, mais surtout sur un Office doté d’une politique de suivi des plaintes qui encourage l’engagement citoyen plutôt que la démobilisation citoyenne au centre d’une bureaucratie aliénante.

Dans ce contexte, Impératif français croit qu’il est essentiel de relancer sa campagne contre la francophobie, francophobie malheureusement toujours omniprésente, telle qu’illustrée précédemment de façon on ne peut plus claire et significative ainsi que par de nombreux exemples dans le site d’Impératif français. En guise de conclusion, le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault, affirme : « le gouvernement actuel faillit, lui-même, à la tâche, puisque son premier ministre, qui voue un culte malsain à l’anglais, refuse lui-même de parler français ou banalise le français dans ses discours à l’extérieur du Québec et que son ministre des Affaires gouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne refuse de réclamer que les entreprises de compétence fédérale respectent la Charte de la langue française au Québec. ».

 

20 commentaires

  1. Au royaume des aveugles (Québécois), les borgnes (anglos) sont rois. Ceci dit, je n’aime pas jouer à la victime et je trouve humiliant qu’on fasse une campagne publicitaire sous le thème de la francophobie. Je ne crois pas que ce soit la meilleure façon de contrer la désinformation et le dénigrement systématique des médias anglo-canadiens à l’endroit du Québec et des Québécois francophones.

  2. Le Québec bashing existe et est très bien entretenu par les journaux anglos et des types du genre Rick Mercer qui ne manque aucune occasion et qui à plusieurs reprises vomissait ses chroniques sur la supposée corruption systémique des québécois ! Comme si la corruption n’existait qu’ici !!! Faut être naïf pour y croire !

    • Il y a aussi Rex Murphy qui ne se gêne pas pour dénigrer le Québec, vous pouvez le voir sur youtube.

  3. Je ne vois pas souvent et pour ainsi dire jamais des propos anglophobes dans les médias du Québec. Nous n’avons peut-être pas d’énergie à gaspiller dans une activité aussi futile.Par contre, je vois la québécophobie comme le nouveau sport national chez les anglos du Canada. Devons-nous se sentir insultés? Non. À qui bon y attacher la moindre importance? Les anglos travaillent plus fort pour la souveraineté du Québec que nous-mêmes le faisons. En terminant, je ne comprends pas pourquoi autant de haine à notre endroit. Par plaisir de nuire? Sans doute. Comme l’ont fait et le font encore les traîtres à la Nation québécoise Trudeau père et fils, Jean Chrétien, Marc Lalonde, Stéphane Dion, Mélanie Joly…

    • Et bien, monsieur, vous devez certainement lire les journaux francophones les yeux fermés.
      Des propos anglophobes? …. En voici quelques exemples.

      En voici un : http://www.journaldemontreal.com/…/verdun-une-femme…
      Un autre : http://www.lapresse.ca/…/01-4288290-interdit-daller-au…
      Et un autre : http://www.journaldemontreal.com/…/parlons-francais-en…
      Et un autre : http://www.journaldequebec.com/…/le-francais-doit…
      Et un autre. http://www.journaldemontreal.com/…/25/langlais-envahissant

      Tout ce qui se dit et s’écrit dans les médias Québecor et tout ce qui se passe ici est anglophobe. En commençant par cette agressivité et cette haine qu’on rencontre, chaque fois qu’un mot anglais est prononcé en présence d’un péquiste séparatiste qui refuse même, la simple idée qu’on puisse aussi parler l’anglais au Québec sans être moins québécois pour ça. Et surtout, qu’on puisse le faire sans mettre en danger le fait que nous sommes la seule province francophone au Canada et que tous les Québécois, y compris la majorité des anglophones, en sont fiers. (ici, je ne parle pas des séparatistes anglais qui sont votre copie sauf pour la langue contraire) L’un n’est pas mieux que l’autre.

      Ce que je trouve aussi vraiment dommage, est que pour vous, seules ne devrait être acceptables au Québec, que vos idées, vos opinions, votre modèle de « bon québécois » et, naturellement, que tout le reste n’est à vos yeux que nuisance, menace et traitrise envers les Québécois (ce que nous sommes nous-mêmes, mais enfin) .
      En vous lisant, on comprend vite que pour vous, nous n’appartenons pas à cette « Nation Québécois » . Malheureusement pour vous, la nation québécoise n’englobe pas que les séparatistes français, mais bien TOUS les QUÉBÉCOIS. Eh oui, ça signifie, nous aussi, que vous aimiez ou non.

      Mais ne vous en faites pas, on a très bien compris dans votre commentaire que pour vous, l’anglophobie est devenue une telle habitude, que vous êtes maintenant dans l’incapacité de vous rendre compte que chacune de vos paroles est de l’anglophobie.

  4. Chaque fois que j’ai lu un texte d’Impératif Francais c’est évident que ces articles étaient publiés clairement pour augmenter la haine contre les anglophones. J’ai honte d’être francophone avec de telles persécutions de nos anglos. C’est la même chose avec la SSJB. Plus de 300,000 anglos ont quitté le Qc depuis 1971 et je ne les blame pas. L’exodus continue et c’est sure que le Qc is the looser. Mme Jolly c’est évident que vous n’avez jamais mis les yeux sur les propos haineux de ces textes xénophobes de ces personnages qui pratiquent en toute liberté une discrimination ethnique dangereuse. L’ anglais au Qc est un crime. Honteux et inacceptable. En prenant ce chemin depuis 40 ans, le Qc se déclare une « victime éternelle » avec une vision très étroite. Mme Jolly, réveillez vous! Vous me désapointez énormement. Etre bilingue c’est d’être bien eduqué et un Citoyen du Monde et non un crime contre les francophones du Québec.

    • Franchement, comment pouvez parler de persécution envers les anglophones du Québec alors qu’ils sont la minorité la mieux traitée au Canada, ils ont accès à tout les services en anglais; écoles, universités et hôpitaux, S’il y a eu le départ de 300,000 anglos, c’est parce qu’ils ne voulaient pas apprendre le français, ils préféraient vivre en raciste dans le « West Island » en ignorant 70 % de la population francophone du Québec.

    • Attention… C’est votre point de vue, Madame Edwardh, car en réalité, les statistiques démontrent que le français recule au Québec et dans les communautés francophones du Canada… S’il y a des propos haineux du côté francophone, il y en a aussi du côté anglophone. Au Québec, les anglophones sont drôlement mieux traités que les communautés francophones hors Québec soit dans les autres provinces du Canada… Alors pour la discrimination, on repassera…

    • Y a toujours ben des limites! Ça fait combien de temps que les anglais refusent que le Québec soit français comme ils refusent de parler anglais eux-mêmes ces têtes de linottes. C’est pareil au mexique. Les canadiens anglais refusent de parler espagnol et se moquent des résidents qu’ils envahissent avec leur anglais et leur syndrome de supériorité. Y en a marre des anglos.

      On travaille pour Québec état Francophone des Amériques et ceux qui refusent iront se réfugier u Cacanada de Trudeau…Insignifiant ll

      Bye bye my dear.

  5. Nos braillards pelleteux de nuages séparateux à Ottawa nous jouent encore la carte de la VICTIMISATION et de l’oppression!!!

    Ils sont devenus d’un pathétisme à vomir…….ZÉRO crédibilité!

    Plus nos braillards séparateux de Québec et d’Ottawa beurrent épais sur la VICTIMISATION et plus ils se RIDICULISENT aux yeux de la MAJORITÉ et plus ils continueront leur descente vers leur disparition.

    la SSJB et Impératif Français……deux organismes dirigées par des FRUSTRÉS nationaleux et qui croient représenter l’ensemble du VRAIE PEUPLE majoritaire!!! Belle bande d’imbéciles…..

    « OUI »…le VRAIE PEUPLE en a plein son casque de ces abrutis!!!

    • Tellement vrai!

      • Message à « celui qui vous bottera le cul », tu ne représentes que toi même, je ne partage pas tes idées, le Québec Bashing existe et ça ne date pas d’hier : La Gazette, Le Suburban, CJAD, et d’autres médias en font couramment.

    • Vous avez totalement raison. En plus ces frustrés nous divisent.

  6. Francophobie, anglophobie, arabophobie, sinophobie, italophobie (pense Patagate!) sont tous présents au Québec. Pourquoi lutter contre la francophobie à l’exclusion des autres xénophobies?

    • Martin, tres drôle!

    • Martin nous sommes la seul infime province qui est encore mais de moin en moin francophone en amérique du nord pourquoi le Québec bashing existe ca je ne le comprendrais jamais nous avons vécus 2 référendum et presque gagnés le dernier sans casses ni saccage est que l élection du pq minoritaire ou un anglo a perpétré un attentat etait influencé par les propos xénophobesdans les journaux et radios anglo du Québec y serait pour quelque chose ? il y a une maudite différence entre notre facon de vivre la politique et la votre celle de MMe Edward et tous ceux qui ne cessent de nous hair

  7. Vous incitez bien les gens contre nos anglophones

    • Bien dit!

      • Que de mauvaise foi parler d anglo bashing au Québec vous etes des blagues ambulante j ai traversé le Canada a plusieurs reprises et la francophobie existe et est bien évident essayer d avoir des services en francais dans le ROC est un sport extreme contrairement a ici ou les Anglos sont traités a égalité avec les francos a l ouest de mtl il est difficile de se faire servir dans la langue de la majorité alors arretez de brailler Mme Edward ete soyez heureuse de vivre ici

        • Pas de doute, ils sont bons pour brailler, la vie semble difficile dans le West Island.

Les commentaires sont fermés pour cet article.