Du français de façade

Avec les félicitations du gouvernement !

Toy's R UsÀ l’automne 2015, la ministre de la Culture, des Communications et ministre responsable de la Charte de la langue française, Mme Hélène David, par l’intermédiaire du député de Sherbrooke, son adjoint parlementaire,  M. Luc Fortin, convoquait des représentantes et représentants d’organismes, notamment d’Impératif français, afin qu’ils lui fassent part de leurs recommandations pour « la rédaction de la modification réglementaire » sur l’usage des marques de commerce comme noms d’entreprise.

Pour Impératif français, cette nouvelle réglementation devait être claire et accorder une place nettement prépondérante au français et surtout ne pas réduire cette place à sa seule présence dans l’affichage extérieur des marques de commerce. Autrement dit, le nouveau règlement devait inclure les multiples plateformes utilisées par les entreprises pour faire la promotion de leur marque de commerce, que ce soit dans leur site Web, sur les réseaux sociaux, dans les médias ainsi que dans leur documentation commerciale, administrative ou professionnelle.

WalmartCostco 2015Alors que l’on croyait que le message était d’une limpidité à toute épreuve, quelle stupeur ce fut de découvrir, dans un article du Soleil du 29 janvier 2016, que le gouvernement du Québec s’apprête à nous écraser et à effacer encore davantage le visage français du Québec en légalisant l’américanisation du paysage culturel du Québec. En effet, dans cet article : Slogan en français: Walmart dit aller au-devant du règlement,  il appert qu’après avoir dépensé plusieurs millions de dollars en procédures judiciaires pour ne pas nous respecter, pour nous américaniser, les multinationales pourraient dorénavant le faire en toute légalité avec en prime l’appui du gouvernement du Québec et de l’Office québécois de la langue française (OQLF).

Canadian TireAinsi, au lieu de franciser entièrement leur nom comme l’ont déjà fait plusieurs entreprises ou – et c’était déjà si peu demander – d’ajouter un générique ou un descriptif en français à leur marque de commerce comme l’exigeait l’OQLF, quelques mots de français sur la façade suffiront! Et on ne parle même pas des nombreuses autres façades dont les nombreuses plateformes énumérées précédemment. Le gouvernement du Québec s’apprêterait donc à reconnaître légalement le droit aux Canadian Tire, Toys R US, Costco Warehouse, Curves, Old Nagy, GAP, Payless Shoe Source, Bulk Barn, Best Buy… de continuer à  niveler, angliciser et polluer notre paysage culturel!

Best Buy 2015Pour mesurer l’étendu du recul, il faut se rappeler qu’initialement la loi 101 exigeait la francisation de toutes les raisons sociales!

Finalement, nous sommes en droit d’être méfiants! Car en plus d’accorder plus de pouvoirs d’anglicisation et d’américanisation du Québec aux grandes entreprises, cette réforme oubliera sûrement de baliser par de meilleurs règlements le droit au travail en français et l’obligation aux allophones et anglophones d’apprendre le français!

Sur le même sujet, les articles suivants d’Impératif français : L’arrogance a un goût! et Fin à la pollution linguistique par des marques de commerce non conformes?

Source :

Jean-Paul Perreault, président
Impératif français

6 commentaires

  1. Le gouvernement Couillard passera à l’Histoire comme le plus grand fossoyeur de la langue française, secondé par l’OQLF, servile exécuteur de ses basses oeuvres. Je ne sais qui a écrit, un jour, « le mépris n’aura qu’un temps », mais je crains, trois fois hélas, qu’il risque de se tromper cruellement. L’arrogance des multinationales à l’endroit de la langue de la majorité n’a d’égal que leur cupidité et leur appât du gain.
    Ghislain Laroche
    Montréal

  2. Je trouve cela malheureux que nos organismes , autre que le mouvement « Impératif français , ne puissent pas mieux défendre notre langue française . Pourquoi que les mouvements comme le Mouvement national des québécois,, anciennement la Société St-Jean-Baptiste , si je ne fais pas erreur, et toutes leurs ramifications dans toutes les régions du Québec , ne puissent pas toutes s’unir et de faire des marches publiques dans toutes les villes du Québec où ces mouvements existent , afin de dénoncer ce que le mouvement Impératif français dénonce . Je pense que le mouvement national des québécois est essoufflé et qu’il ne veut plus intervenir pour dénoncer les abus qui consistent à amoindrir la langue française et la faire disparaître comme langue officielle du Québec. . De plus en plus au Québec je constate qu’il y a une nouvelle langue qui s’installe petit à petit et je l’identifie comme étant la langue franglaise Et cette nouvelle langue vient du fait que les francophones utilisent de plus en plus des anglicismes dans leurs phrases . Et tout cela sans se poser des questions , si à savoir il n’y aurait pas un mot français qui pourrait remplacer ce terme anglais ., Nous vivons de plus en plus dans un monde du moindre effort linguistique et cela contribuera à faire disparaître la langue française. .comme langue officielle au Québec et aussi comme la deuxième langue officielle au canada .

  3. On n’a pas besoin d’aller très loin… Je me souviens que la Maison Alcan (l’entreprise dont nous étions si fiers) avait eue la frousse de se faire retirer son attestation de francisation en 2012-13. Trop d’employés francophones obligés de transiger sur des logiciels en anglais (on peut comprendre pourquoi). La situation est certainement bien meilleure aujourd’hui!

  4. Vous savez si ce n’est que la marque de commerce ça passe mais tout ce qui va autour doit être impérativement en Français, Costco n’a jamais respecté l’ordre de Franciser (Warehouses) et j’ajoute qu’Ils en n’on rien a foutre du gouvernement du Québec, pour eux on est des colonisés et c’est le Canada le grand boss, ils considèrent le Français comme un dialecte point barre, les Québécois s’en foutent ils remplissent les coffres de ces génocideur linguistique en allant en masse magasiner chez eux.

  5. Quand allez-vous comprendre que le PLQ et ses fédéraleux anglicisants ne feron jamais RIEN pour la promotion du fait français au Québec ?

Les commentaires sont fermés pour cet article.