Ce texte s’adresse aux Patriotes de l’avenir

Ces valeurs sont toujours de grande actualité!

Le lundi 23 mai, nous célébrons la Journée nationale des Patriotes, pour que notre histoire reste source d’inspiration, porteuse d’une vision, forte de nos convictions… tous ensemble pour la nation, à bâtir l’avenir en français

Drapeau des PatriotesLa Journée nationale des patriotes commémore les événements de mai 1837 où plusieurs assemblées publiques eurent lieu au Québec en réponse à la décision de Londres de rejeter les revendications des patriotes. Cette Journée honore la mémoire des patriotes qui ont lutté pour la reconnaissance nationale du peuple du Québec, pour sa liberté politique et pour l’obtention d’un régime de gouvernement démocratique. Ces valeurs sont toujours de grande actualité!

Pendant qu’au Canada certains célèbrent la fête de la Reine Victoria, les Québécois célèbrent ceux et celles qui se sont rebellés contre la monarchie et qui ont lutté pour se donner un système démocratique.

La Journée nationale des Patriotes, une belle occasion de parler de notre avenir! Impératif français a produit les deux messages ci-joints d’intérêt public que nous vous invitons à diffuser abondamment dans « tous » vos réseaux. Nous comptons sur vous puisque cette campagne ne reçoit aucun appui gouvernemental, bien que celui-ci ait été sollicité!

Les couleurs du mouvement Impératif français : les couleurs du mouvement Impératif français (vert, blanc et rouge) ont été choisies pour rendre hommage aux patriotes de 1837; ces patriotes se sont battus pour la liberté et la démocratie. En observant attentivement le logo d’Impératif français, vous y verrez l’I et le F d’Impératif français, l’I étant chapeauté d’une fleur de lys.

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français


 

 

7 commentaires

  1. Suis-je plus patriote que les membres du Parti québécois? Toujours est-il que j’écris constamment la nouvelle suivante, laquelle reste dans l’ombre et tombe dans le vide.
    Mme Kathleen Wynne, première ministre de l’Ontario, a dit à M. Philippe Couillard (LA PRESSE, 22 août 2014) « … le fruit n’était pas mûr pour une reprise des pourparlers visant à réintégrer le Québec dans le giron constitutionnel dont il est exclu depuis 1982 ». EXCLU & RÉINTÉGRER ne sont-ils pas des termes assez forts pour que la population comprenne et que les députés péquistes et les médias l’annoncent? Personne ne m’a rabroué depuis 2014 et mon député a dit, devant quelque 16 personnes, que j’avais raison mais… qu’il fallait un référendum. Il n’y a jamais eu de référendum pour entrer dans le Canada, seuls 5 francophones ont fait pencher la balance et les Pères de la Confédération se sont pété les bretelles. Je pense sincèrement que les partis séparatistes sont effectivement des partis fédéralistes depuis Lucien Bouchard avec des chefs fédéralistes. Le prochain référendum devra être préparé par les Québécois fédéralistes qui veulent rentrer dans la nouvelle Constitution et continuer à se faire bafouer, économie et langue.

  2. « Et comme d’habitude »… les peuples autochtones servent d’alibi à ceux qui ne savent plus où donner de la tête pour attaquer la légitimité de nos revendications nationales. C’est oublier que plusieurs PATRIOTES pourraient aujourd’hui revendiquer le titre de Métis. Louis Riel et Gabriel Dumont se sont volontiers associés à Louis-Joseph Papineau. C’est donc également oublier que leur combat était aussi celui des peuples autochtones. LE 21 OCTOBRE 2012, LE CHEF AUTOCHTONE JEAN JOLICŒUR, GRAND COMMANDEUR DES PATRIOTES, PARTICIPA AU DÉVOILEMENT DU MÉMORIAL LOUIS-JOSEPH-PAPINEAU À SAINT-DENIS-SUR-RICHELIEU (MONTÉRÉGIE, QUÉBEC).

    « Modeste suggestion »… renouer avec l’histoire, la vraie qui raconte les faits, les faits, les faits aide à ne pas sombrer dans le ridicule. Non?

  3. C’est un beau message, mais j’aurais été plus ému si Marie Tifo et PIerre Curzi s’étaient donné la peine de dire « et ne rien TENIR pour acquis », au lieu de « et ne rien PRENDRE pour acquis ». Si Impératif français doit donner l’exemple et défendre le caractère français du Québec, l’organisme dans un langage irréprochable.

  4. Et comme d’habitude, rien sur les peuples premiers du Québec (au passage, leurs langues sont bien plus « méprisées » et « exclues » que le français). Mais il est vrai que certains francophones du Québec ne se considèrent pas comme un peuple deuxième, mais comme des autochtones fondés à imposer à tous leur culture, celle *du* peuple québécois… comme si l’invasion britannique les avait commodément absous d’avoir été eux-mêmes des envahisseurs. Modeste suggestion : s’occuper un peu moins des mouvements de 1837 et un peu plus du Kuujjuaq de 2016. Non ?

    • Tout à fait d’accord avec Pierre. Quand on est nationaliste, on comprend que ce qui est vrai pour nous l’est aussi pour tous les autres peuples de la Terre. Mais en cette journée des Patriotes, il faut choisir nos combats.

Les commentaires sont fermés pour cet article.