Les universités contre le droit aux études supérieures!

Université du Québec - logoLes étudiants dénoncent.

Les universités ont le devoir de respecter leur mission d’établissements supérieurs d’enseignement et de recherche en langue française.

En se soustrayant à ce devoir, elles trahissent leur mission et nuisent ainsi à l’accès des étudiants et étudiantes à l’enseignement supérieur et aux diplômes… Ceci est enrageant! Ce genre de mépris à l’endroit de la jeunesse et de la relève ne peut exister que grâce à la complaisance des gestionnaires et à l’appui du gouvernement du Québec.

Dans certains cours, des professeurs créent des barrières à l’apprentissage en « imposant » aux étudiants et aux étudiantes du matériel pédagogique en anglais, alors qu’eux-mêmes, fonctions exigent, devraient en créer en français.  Ceci ne fait-il pas partie de leurs tâches de publier? Alors, à vos devoirs, chers maîtres !

Faute de gestionnaires responsables et d’un gouvernement qui s’inscrit contre la discrimination, les étudiants, étudiantes, radios et journaux étudiants, ainsi que les syndicats étudiants doivent être plus revendicateurs et dénoncer ces pratiques discriminatoires qui minent l’équité d’accès aux diplômes et le droit aux études supérieures en français.

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français

Un étudiant dénonce!

Je suis présentement des cours à l’Université du Québec en Outaouais.  Je dois vous dire que je suis particulièrement déçu que le français soit en quelque sorte mis de côté dans un établissement d’enseignement.  J’en suis à ma troisième année, et je dois avouer que je suis déconcerté de voir que les étudiants et étudiantes sont brimés.

Cette session, j’ai un cours dans lequel le livre de référence « fortement suggéré! » est entièrement en anglais. Plusieurs articles qu’il faut lire préalablement avant les cours sont également en anglais. De plus, dans certains cours, on nous oblige à faire un travail à partir de textes en anglais.

Souvent, on nous donne pour réponse qu’on est sur la ligne, désignant ainsi Ottawa; moi, je réponds que je suis toujours à l’intérieur de la ligne, en territoire québécois…

Adresses utiles :

Université du Québec en Outaouais : dcr@uqo.ca

Page pour commentaire du siège social: http://www.uquebec.ca/reseau/ a-propos/joindre.php

4 commentaires

  1. Le problème à l’UQO c’est le manque de professeurs justement ! Les chargés de cours ne sont pas payés pour écrire des ouvrages.

    Dans mon domaine d’études, en design graphique, les professeurs sont catégoriques : nos travaux doivent être en français et on ne m’a jamais imposé une lecture en anglais.

    J’invite l’étudiant à contacter son association modulaire et l’Association Générale des Étudiants de l’Université du Québec en Outaouais (AGE-UQO) pour faire bouger les choses.

  2. Pourquoi faut-il se comparer au Libanais??
    Et pourquoi cette comparaison ne s’applique-t-elle pas aussi aux Ontariens et Albertains et aux Américains??

    La réponse: Madame aime bien dénigrer les Québécois.

  3. Les libanais sont mieux éduqués que les Québecois. Ils doivent devenir complètement trilingues en sortant de l’école, français, anglais et arabic. Bravo pour eux.

    J’en ai assez de votre site M. Perreault tout ce chialage contre l’anglais me deçoit énormément. Vous faites très mal au Québec en encourageant les anglophobes à se regarder le nombril. L’autocratie c’est pas très plaisant, il y a plein d’autres methodes pour faire la promotion du français au lieu de damner l’anglais. Honteux vos textes..

    • Pourquoi faut-il se comparer au Libanais??

      Et pourquoi cette comparaison ne s’applique-t-elle pas aussi aux Ontariens et Albertains et aux Américains??

      La réponse: Madame aime bien dénigrer les Québécois.

Les commentaires sont fermés pour cet article.