Les universités anglophones et les gouvernements cultivent l’apartheid!

Dans presque tous les États du monde, le système d’éducation publique n’est accessible que dans la langue nationale de ceux-ci.

Au Québec, État francophone, le Canada, pays anglophone, oblige les Québécois à financer et à maintenir, en plus du réseau dans la langue nationale, un autre réseau, celui de langue anglaise, de la maternelle à la fin de l’université.

Au postsecondaire, ce réseau est en concurrence directe avec le réseau français pour le financement et le recrutement des étudiants, des professeurs et des employés. Il reçoit plus de 25 % du financement, recrute plus de 25 % de tous les étudiants collégiaux et universitaires, a plus de 35 % des chaires universitaires et obtient près de 50 % du financement de la recherche universitaire, bien que la minorité historique anglophone du Québec ne représente que 5,6 % de la population totale.

C’est l’apartheid! Pour réussir à maintenir et à développer ses institutions, la communauté anglophone déploie tous les efforts nécessaires pour angliciser, par leur bilinguisation, les francophones et allophones du Québec. Dans cette tâche, elle est  appuyée par le gouvernement fédéral qui subventionne à coup de plusieurs millions de dollars des organismes qui ont pour mission d’angliciser le Québec!  Et en plus, il finance un Commissariat aux langues officielles qui, au Québec, a pour mission la progression de l’anglais. Afin d’en accélérer le rythme, le Commissaire réclamait tout récemment la création d’un Bureau aux affaires « anglophones »!

La défrancisation et l’anglicisation du Québec progressent tellement qu’un article de La Presse canadienne « Français: McGill et Concordia demandent un assouplissement des exigences » nous apprend que « les universités anglophones québécoises affirment avoir des difficultés à recruter des professeurs étrangers en raison des exigences en français qui leur font obstacle lorsqu’elles tentent d’attirer chez elles des individus hautement spécialisés en provenance d’autres pays. »  Elles réclament l’abandon de ces exigences.

Le gouvernement libéral, pour qui le français est peu important, se voulant reconnaissant de son élection grâce au vote des anglophones « a discrètement apporté des changements en décembre, allouant davantage de « points » aux immigrants détenteurs de doctorats et permettant à certains candidats de laisser tomber les exigences en français et d’obtenir une résidence permanente. » (La Presse canadienne)

Partout dans le monde, les collèges et universités ont, entre autres responsabilités, celle de développer les cerveaux qui demain travailleront dans la langue nationale, ici le français au Québec. Comment des professeurs ignorant le français pourront-ils accomplir cette mission?

Nos gouvernements soutiennent et subventionnent l’apartheid au Québec à un point tel que l’écart de revenus entre les unilingues anglophones et les unilingues francophones ne cesse de s’agrandir au détriment des francophones et cela, aussi bien chez les femmes que chez les hommes.

Adresse utile :

Kathleen Weil
Kathleen Weil
Ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion
cabinet@midi.gouv.qc.ca

20 commentaires

  1. La racaille sécessionniste et Impératif Français (sic) sont des pauvres cons qui méritent la médiocrité qu’est devenu le Kébekistan (plus republique bananière que ça, on meurt).

    Apprenez déjà à écrire et à parler un bon français sans nous faire saigner les oreilles, et ça sera un pas dans la bonne direction.

    Vraiment, vous êtes une bande de pauvres cons et de parasites professionnels que les contribuables de quatre provinces productrices et responsables financent de leurs impôts pour que des ordures comme vous puissent se torcher le cul au moins une fois par jour.

    Le peuple civilisé et non-xénophobe vous emmerde.

  2. a vous les bien pansant de se monde et vaut guerre de mot nous ont le vrai peuple qui habite des régions éloigné de montréal et québec laissé a eux même par un gouvernement qui compte les votes des émigrants comme du cache ,on trouve bien drôle les chicanes de petits enfants gâté ,nous ont perd des jobs par centaines le gouvernement nous a oublié comparez a vous . le grenier du québec en a assez de se faire pilliez sens jamais se défendre attendez les prochaines élections vous allez avoir une surprise les régions vont reprendre leur du mais amies montréal québec vont prendre leur trou a leur tour a bonne entendeur salut .ps les fautes je ment fou .

  3. Si Je Lis bien le prénom de mme Kathleen Well est anglophone et j’espère qu’elle parle anglais avec son job on en as tu du temps a perdre je suis entièrement d’accord de cultiver notre langue mais on est au Canada et un pays libre si vous ne voulez pas parlez en anglais sortez des discutions c’est tout si ce n’est pas de la dictature c’est très près et comme. Je disais à ceux qui arrête pas de dire qu’a l’émission la voix tout l’monde chante en anglais ben ce n’est pas la langue qui a le talent mais celui ou celle qui fait lprestation

    • Si je lis bien votre nom: Des chaînes… Ça vous sieds mieux. Understand

    • Toujours et encore les mêmes mensonges anglophobes répétés.

      Seule amélioration: On ne tente plus de faire croire que le réseau anglo est surfinancé alors qu’il est financé par étudiant, comme tout le reste du réseau. Ça fait alors tomber toutes les prétentions…

      Bon, vous prétendez quand même qu’on est OBLIGÉS de conserver un réseau anglophone, mais vous vous ridiculisez quand on se rend compte qu’il existe par la volonté populaire d’étudiants québécois adultes et libres de choisir la langue de leur éducation. Imaginez si on ne violait pas la liberté des Québécois au primaire et au secondaire!

  4. bon voyage les anglais

  5. « Dans presque tous les États du monde, le système d’éducation publique n’est accessible que dans la langue nationale de ceux-ci. »

    Vraiment? Avez-vous fait vos recherches?

    En Italie:
    http://www.unibo.it/en/teaching/degree-programmes

    Au Japon:
    http://www.u-tokyo.ac.jp/en/admissions-and-programs/index.html

    Aux Pays-Bas:
    http://www.tudelft.nl/en/study/

    En Allemagne:
    http://www.rwth-aachen.de/cms/~a/root/lidx/1/

    En Espagne:
    http://www.upf.edu/estudiants/en/

    En Belgique-français:
    http://www.uclouvain.be/en-programme-anglais.html

    En Suisse-français:
    http://futuretudiant.epfl.ch/en

    Puis, enfin et surtout, en France:
    http://www.admission.polytechnique.edu/jsp/accueil.jsp?CODE=64807694&LANGUE=1
    http://www.ens.fr/formation/enseignement/?lang=en
    http://www.u-psud.fr/en/education/international-degrees.html

  6. Il y a 300ans qu’ils ont volé et spolié et pendu des Québécois pour leur non allégeance a la reine d’un autre pays et vous voulez les remercier , ils veulent partir alors que grand bien leur fasse prenez vous les Québécois pour des tarés ou quoi pour tenter de nous faire peur avec leur possible déménagement en Anglotie qui laisse entendre que le Québec va s’écrouler sans eux ,belle considération que vous avez là madame envers ce peuple bâtisseur .

  7. @ Lady Edwardh, Il faut remarquer que les anglos ont les mêmes valeurs que les francos?

    Hearst, ON VS Bishop, QC université

    Alors qu’il y a presque autant d’anglophones à Sherbrooke que de francophones à Hearst, la Bishop’s University reçoit plus de sept (7) fois le financement de l’université de Hearst.

    Il est plus que temps pour les Québécois de réclamer, au minimum, un financement proportionnel au poids démographique. Tant que nous sur-financerons ainsi les services de notre minorité de langue anglaise, nous alimenterons sa conviction d’être « spéciale » et d’avoir droit à des privilèges que d’autres n’ont pas.

    Aucune autre minorité sur cette planète ne reçoit davantage que la minorité de langue anglaise du Québec. Malgré cela, elle continue de nous cracher au visage en rejetant notre langue, nos lois et nos valeurs. Elle continue de lutter avec acharnement contre notre existence et n’a qu’un désir : nous voir nous assimiler.

    Quand cesserons-nous d’avoir peur de nous faire respecter ?

    Sources : Statistique Canada et Apartheid universitaire.

    https://www.facebook.com/#!/photo.php?fbid=478193372230153&set=pb.156743514375142.-2207520000.1361835334&type=3&theater

    • Exact, je voyage et ai vécu partout au Canada,je le fait quotidiennement et il ne se passe pas une journée ou je peux dire et me sentir chez moi. Dommage que tant de Québecois ignares continuent à se dire Canadiens sans savoir ce que ça veut dire.

  8. Pour ceux qui sont intéressés par la lutte « McGill français » et plus particulièrement, pour la volonté de la faculté de médecine de McGill de s’étendre dans l’Outaouais (@49.10), je vous propose :

    Opposition au MUHC: René Boulanger et Pierre Falardeau, Conférence et discussion sur le projet aussi pharaonique que colonial de l’hôpital universitaire McGill. Mars 2009, lors du 40e de « McGill Français ». À l’époque McGill refusait de partager ses compétences en pédiatrie, en particulier entre Ste-Justine et Montreal Sick Kids !

  9. M. Perreault….vous débordez, franchement. Les exigences constantes du français à Mc Gill lui ont fait perdre la réputation de l’université No.1 au Canada. Continuez…bientôt il n’y aura plus un sacré anglo au Québec, ni d’étudiants internationaux.

    Ne soyez pas surpris si un jour, les nouveaux étudiants immigrants que le Québec choisi parce qu’ils parlent en français…qui remplaceront les anglos qui ont quitté, exigent et insistent en ce que les cours soient donnés en arabe…Là vous en aurez plein a commenter.

    Il faut remarquer que les anglos ont les mêmes valeurs que les francos, peût être que nous pourrions les apprécier et être chaleureux envers eux! Cela fait 300 ans qu’ils sont içi et ont contribué largement à bâtir le Québec!

    • Tellement cliché vos arguments. Comment expliquez-vous que le meilleur systèmet d’éducation au monde soit situé en Finlande où tous les cours sont donnés dans la langue du pays. Pourquoi devrions-nous payer un prix pour avoir une langue nationale? ça c’est chantage et de l’impérialisme. Et de prendre pour acquis que l’innovation, et la recherche ne peuvent se faire en français, ça c’est du mépris et de la condescendance. Les anglos sont au Québec depuis 200 ans, vrai. Et ça fait 200 ans aussi qu’ils vivent au sein d’une nation fondatrice de langue française. S’ils nient ce fait depuis 200 ans, comme on dit en anglais, that’s not my fucking problem. Les mêmes anglos qui méprisent le fait français sont ceux qui éventuellement vont étudier en Europe dans les langues natinonales de ces pays.

    • Pour les supposées « valeurs » partagées, je ne suis pas si sûr que les anglicans qui se sont dotés d’une papesse, ont leur égal dans la foi catholique. Mais aujourd’hui de toutes façons est-ce si important Dieu?

      Vous avez une idée de la valeur qu’on peut attribuer à « la vie éternelle »? Moi je pense au plus grand nombre premier, pour en avoir un « maigre » estimé, allez voir le dernier connu.

    • Quel mépris colonialiste. Moi j’en ai marre de payer de mes taxes pour engraisser une minorité gâtée pourrie qui ne fait qu’empirer notre servitude.

      • Moi j’en ai marre de payer de mes taxes pour que le gouvernement viole mes libertés de choix.

    • …contribué largement à voler les québécois vous voulez dire.

    • Soit, que vous êtes ignare de l’histoire du Québec français, de sa survie et de son assimilation grandissante et par manque d’estime de vous même, êtes devenue,mal informée par vos journaux , radios et télés anglos, qui crachent la haine, le mépris et le mensonge continuel sur la société francophone dite canadienne…Êtes vous devenue naïve à ce point de feindre et point voir la triste réalité ?…N’avez vous point honte de vivre sous le mensonge canadian répété jour apres jour ? Goebels disait qu’un mensonge répété à outrance devenait vérité…Ou n’êtes vous, simplement, devenue aveugle,bigotte et rhodésienne!…Pour apprécier, cela demande du courage et du respect. Par la manipulation et la désinformation dont sont victimes les anglophones qui ne lisent, parlent ni écoutent tout ce qui se fait en français,comment peuvent-ils nous connaître et nous apprécier ? Si vous voulez réellement avoir un rapport de respect,traitez nous équitablement ! Faites une introspection et vous comprendrez que le mépris n’aura qu’un temps !Si nous sommes devenus un fardeau pour le Canada, accompagnez nous et laissez nous partir au lieu, de nous maudire…

Les commentaires sont fermés pour cet article.