Les ravages de la langue et de la pensée uniques!

Le cas de la Fédération internationale de hockey sur glace

Impératif français dénonce le faible soutien offert à l’entraîneur-chef d’Équipe Canada dans sa décision de parler sa langue lors des conférences de presse d’après-match du Championnat mondial de hockey junior tenu à Montréal et à Toronto à la fin décembre 2014-début janvier 2015.

Benoit Groulx

Benoit Groulx

L’entraîneur d’Équipe Canada, le Québécois Benoît Groulx, s’est senti contraint de faire sa brève déclaration d’après-match en anglais et d’enfiler par la suite la période de questions dans cette même langue. Il n’est pourtant pas acceptable que des personnes qui ignorent tout de la réalité canadienne puissent exiger d’effacer la langue française alors que l’histoire et les règlements de la Fédération internationale de hockey sur glace  autorisent son utilisation, et à plus forte raison lorsque le français est l’une des langues officielles du pays hôte.

Impératif français estime proprement scandaleux qu’un obscur journaliste finlandais parvienne à effacer du paysage linguistique canadien la langue française, parlée par l’un des rares entraîneurs-chefs originaires du Québec qu’Équipe Canada junior ait jamais pu se donner au fil des années. En 33 tournois, Équipe Canada junior n’a eu que 15 % d’entraîneurs-chefs québécois, M. Groulx étant le cinquième.

IIHFLes règlements de la Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG) sont pourtant clairs : une simple traduction en anglais offerte aux journalistes aurait suffi. Mais, apparemment seul face à la pression médiatique, l’entraîneur-chef Groulx s’est immédiatement engagé à tenir ses conférences de presse en anglais dès le lendemain. Libre de s’exprimer, il avait choisi de le faire dans sa langue maternelle, avec toute l’aisance et les nuances dont il était capable dans cette langue .

L’« exigence » de l’anglais de la part du Finlandais tient d’abord de l’ignorance de l’histoire de la FIHG. Celle-ci a pourtant été fondée par des Franco-Européens. Qui plus est, la langue officielle d’origine de la FIHG était le français. La bêtise du « journaliste » tient du chauvinisme envers la langue de la Francophonie, une langue parlée par plus de 275 millions de personnes dans le monde, loin devant les 5 millions de Finlandais.

Dans le contexte canadien, cette position du journaliste finlandais traduit d’autre part une forme de racisme envers un groupe minoritaire qui se bat avec courage pour sa survie. C’est précisément là que Hockey Canada avait l’occasion de témoigner de son engagement profond et respectueux envers les Québécois et les francophones du Canada. Impératif français estime que Hockey Canada avait le devoir d’intervenir pour défendre la liberté et l’intégrité de son entraîneur-chef. À défaut de quoi ce sont tous les Québécois et les francophones qui, dans l’exclusion et le racisme systémiques qu’ils vivent déjà au quotidien, se sentiront justifiés d’exiger une équipe nationale distincte, de la même manière que les Écossais, les Irlandais et les Gallois ont leur propre équipe pour les représenter.

Le français n’est pas une langue locale pour consommation québécoise exclusive. En plus d’une intervention appropriée de la part de Hockey Canada, Impératif français réclame l’intervention de la FIHG, qui regroupe 73 pays, dans le but de remettre les choses en perspective et de redonner au français une place conforme à son importance internationale dans ce sport. La Suisse, la France, la Belgique et le Canada-

Québec ne méritent-ils pas autant de considération que les Allemands, dont les succès en hockey sont plus que modestes, mais dont la langue jouit d’une certaine reconnaissance au sein de la FIHG? Impératif français s’indigne aujourd’hui que la International Ice Hockey Federation (IIHF) ait fait disparaître l’appellation Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG), que son site Web ne soit pas en français et qu’elle impose une seule et unique langue à ses membres (Extrait des Statuts et Règlements : « The official language of the IIHF is English ») alors que la plupart des grandes entreprises s’empressent de traduire dans toutes les langues les moindres manuels d’instruction.

Hockey CanadaSi la nouvelle année pouvait sourire aux Québécois, Impératif français souhaiterait aussi voir pousser l’organe du courage chez nos représentants politiques, de Stephen Harper à Denis Coderre, en passant par Philippe Couillard, sans oublier la nouvelle secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, qui pourrait ainsi découvrir que la Francophonie n’est pas qu’une affaire de médailles et de petits fours, mais aussi d’intérêts supérieurs de la nation et de combat en faveur de la diversité culturelle. Pour Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français :

« Cette affaire du français dans le monde du hockey donne l’occasion de s’assurer que la diversité linguistique et la diversité culturelle ont leur place dans le monde du XXIesiècle. De la même façon, les institutions internationales qui sont censées les défendre doivent s’engager à le faire réellement. La défense du français passe d’abord par tous les dirigeants politiques. »

Pour M. Perreault, l’affaire est grave et parfaitement symptomatique du chauvinisme et de l’ultranationalisme qui ont fait tant de ravages à l’égard de la diversité linguistique et des minorités nationales, dont nous faisons partie, nous les Québécois. Afin de répondre à ces attaques incessantes contre la beauté de notre monde, M. Perreault invite tous les citoyens à sommer nos représentants politiques, à Québec, Ottawa, Montréal et Toronto, de même que les dirigeants de Hockey Canada, la FIHG et l’Organisation internationale de la Francophonie de faire reculer l’ignorance et le racisme.

Renseignements :   

Jean-Paul Perreault
Impératif français, Recherche et communications
Tél.  : 819 684-8460 ou 613 282-7119

Adresses utiles :

International Ice Hockey Federation
www.iihf.com
office@iihf.com; media@iihf.com; webmaster@iihf.com; office@iihfworlds2015.com

Hockey Canada
fdupont@hockeycanada.ca

Organisation internationale de la Francophonie
http://www.francophonie.org/Contacts.html

M. Bal Gosal
Ministre canadien d’État au Sport
bal.gosal@parl.gc.ca

Yves Bolduc
Ministre québécois de l’Éducation, du Loisir et du Sport
ministre@mels.gouv.qc.ca

Source :

Jean-Paul Perreault
Impératif français
Recherche et communications

3 commentaires

  1. Le hockey est une affaire, c’est aussi affaire de propagande, ne croyez-vous pas ???

  2. Troy, l’article ne demande pas « l’aide » de Mme Jean, il souhaite que elle et d’autres fassent preuve de plus de courage.

  3. Je pense que c’est plutôt drôle pour IF et M. Perreault demandant l’aide de Michaëlle Jean comme la Secrétaire générale de la Francophonie tout il y a moins de deux mois, il a fortement dénoncé sa candidature.

Les commentaires sont fermés pour cet article.