Les pratiques de discrimination à l’embauche de la Société de transport de Montréal (STM)

Les gestionnaires anglolâtres

STMBien que tout le monde doive, au Québec, connaître le français et le parler, et que près de 95 % des Québécois déclarent pouvoir parler français, la STM pratique néanmoins l’exclusion et la discrimination à l’embauche en exigeant de ses candidats à l’emploi la connaissance de l’anglais pour y travailler,  et ce, en plein territoire québécois et malgré qu’elle soit une institution publique québécoise.

Ces pratiques systématiques de discrimination et d’exclusion à l’embauche au sein de la STM, malheureusement répandues sur le marché du travail, privent plusieurs Québécoises et Québécois de la possibilité d’accéder à des postes au sein même des organismes publics et, conséquemment, de leur droit de travailler en français.

De plus, en exigeant la connaissance de l’anglais à l’embauche, la STM encourage le non-apprentissage du français, l’anglicisation par la bilinguisation du travail et, à titre de société publique, sert d’exemple dans la multiplication de cette pratique discriminatoire.

Dans l’offre d’emploi, vous pourrez lire que la STM exige que la personne candidate soit « bilingue (français et anglais) ».

Trop de gestionnaires anglolâtres préfèrent angliciser nos établissements plutôt que de créer les conditions qui favorisent l’apprentissage de la langue commune d’usage public au Québec, le français.

Adresse utile :

Page commentaire de la STM
http://www.stm.info/fr/infos/service-clientele/nous-joindre

1 commentaire

  1. Je crois que je vais me désabonner, je n’en peux plus!

    Mais quelle haine pour les anglos et les personnes bilingues. Quelle atitude totalement égoiste. A qui ça fait mal que ma grand mère anglo monoligue qui a 89 ans et a besoin d’info, ne puisse la reçevoir de la STM à cause des gens comme ces francos qui ne pensent qu’à eux même et se pensent les seules au monde….Bientôt ils le seront. VIVE LE QUEBEC VIDE!

    Étant une personne très chaleureuse, inclusive et rassembleuse, qui à toujours eu de bonnes relations avec les anglos, je ne comprend pas cette hargne. Je suis triste…très triste de faire le constat que jamais, il y aura de l’harmonie içi.

    Tant qu’à moi, je voudrais une province totallement bilingue, qui avance et est capable de s’assumer sans se sentir inférieur.

    Il y a un site intéressant qui s’adresse aux francos qui veulent laisser le Québec, ce ne sont pas seulement les anglos qui veulent quitter le Québec à cause des chicanes linguistiques et le risque de séparation. Ça fait un bout de temps que je veux moi aussi quitter, mais j’adore tellement Montréal que je cancele toujours mes plans…Un jour… si PKP est élu,…I’m out of here! Les mois du PQ m’ont presque eu!

    http://www.quitterlequebec.com/renee-houde/

Les commentaires sont fermés pour cet article.