Le gouvernement Couillard contre la nation québécoise

Une autre preuve concrète!

par Richard Nadeau

Philippe CouillardLe 4 mai 2015, le ministre Jean-Marc Fournier, titulaire des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne, a souligné à gros traits l’opposition de son gouvernement d’appuyer l’application de la Loi 101 aux organismes et entreprises fédérales au Québec : les ports, les aéroports, les banques, les télécommunications et le transport interprovincial.  Ceci pour ne pas froisser les neuf provinces anglophones qui pourraient créer un ressac contre les minorités acadiennes et franco-canadiennes.  Cette raison exprimée par le ministre Fournier est une autre preuve que le fédéraliste québécois est prêt à sacrifier la pérennité du fait français dans la nation québécoise devant la mauvaise foi assimilatrice du «  Rest of Canada ».

Cette demande claire du Bloc Québécois, édulcorée par le Nouveau Parti Démocrate (NPD) dans le projet de loi C-315 : Loi modifiant le Code canadien du travail (langue française), est rejetée du revers de la main par le gouvernement Couillard.  Ceci est une preuve supplémentaire du refus de défendre les intérêts de la nation québécoise de ce Premier ministre qui, lors des dernières élections, favorisait que les ouvriers québécois apprennent l’anglais pour attirer et communiquer avec de nouveaux propriétaires de langue anglaise.

Jean-Marc FournierEt pourtant, le projet de loi néo-démocrate C-315, contrairement au projet de loi du Bloc Québécois à cet effet qui assujettissait les entreprises fédérales à la Charte de la langue française et qui modifiait la Loi sur les langues officielles et celle sur les sociétés par actions, ne s’attarde qu’au Code canadien du travail et n’intègre que certaines dispositions de la Loi 101.  C-315, s’il instaure pour les travailleurs une série de droits relatifs au français, il ne contraint pas les entreprises au régime de la Loi 101.

Le C-315 du NPD n’inclue pas les outils nécessaires à la concrétisation de cette réalité, il les invite seulement que volontairement aux dites exigences.  Ainsi, C-315 laisse au gouvernement fédéral toute la latitude pour soustraire des entreprises à ces obligations.  Par simple règlement, le gouvernement fédéral pourrait exclure les entreprises de leur choix de l’application du projet de loi et donc de nier aux travailleurs québécois le droit de travailler en français.

Le gouvernement Couillard, même devant ce projet de loi pour le moins faiblard, fait preuve d’un aplaventrisme.  En refusant d’assujettir le fédéral à la Loi 101 sur le territoire de la nation québécoise, il est à genoux devant Ottawa et agit en vrai colonisé.

6 commentaires

  1. Couillard veut, a toujours voulu et voudra toujours la destruction et l’assimilisation du Québec aux Anglais. Il n’est pas allé à Toronto pour rien. C’est dans son ADN de faire du Qc une province comme les autres : l’anglais d’abord, pour le reste, on verra ! Mais les bonasses québécois applaudissent et en veulent encore plus de ce fédéralisme unilingue anglophone. On est si bien protégé en restant au sein de la confédération : ces anglais veulent (lire prendre) notre bien !

  2. Ils ont raison ! C’est vraiment un manque de respect pour Elvis Gratton. Il a beau être épais. borné, sexiste, mais de là à le comparer aux Libéraux de Couillard…. Il y a une sacrée limite.

    https://www.facebook.com/#!/photo.php?fbid=989398371070910&set=a.525686070775478.125508.100000022708776&type=1&theater

  3. C’est quand même Claude Péloquin qui avait lancé cette phrase célèbre, toujours d’actualité, pour réveiller la moitié de la population québécoise, encore sous l’effet pernicieux d’une trop forte dose d’anesthésie fédéraliste.

  4. Les libéraux ont toujours été contre la loi 101. Ils ont votés contre d’ailleurs en 1977, ne l’oublions pas. Et il arrive occasionnellement que des députés se prononcent encore contre cette loi.

    Cependant, même si on sait tous que les libéraux aimeraient l’abolir, ils n’y toucheront pas car ils savent quel effet que ça aurait sur l’électorat. Un peu comme les conservateurs qui aimeraient abolir l’avortement mais qui n’osent pas y toucher pour des raisons électorales

  5. Si ces gens là ont des enfants, je me demande bien comment ils ont fait pour procréer.

  6. Plus « Couille molle » que ça, tu meurs à petits feux !… « Vous n’êtes pas tannés de mourir, bande de caves! » (Jordi Bonnet) sur la murale du Grand Théâtre de Québec.

Les commentaires sont fermés pour cet article.