Le charabia, langue officielle du Canada!

Pour le gouvernement du Canada, le français n’est plus une langue officielle, il vient de la remplacer par un charabia indigeste.

« Guichet-emplois » est notamment une étape quasi-indispensable pour les personnes qui effectuent une demande de résidence par le nouveau canal « Entrée Express ».

J’ai compté pas moins de 5 grossières fautes de français en une seule phrase (surlignée). Vous ferez peut-être mieux que moi?

Il me semblait que les langues officielles du GdC étaient l’anglais et le français. Vous pouvez être certains que la version anglaise n’est pas d’aussi piètre qualité.

Voici une copie d’écran du message (surligné) qui accueille les nouveaux utilisateurs du Guichet-emplois (http://www.guichetemplois.gc.ca), la « principale source d’information sur l’emploi et le marché du travail du gouvernement du Canada”:

Charabia

5 commentaires

  1. Un autre point à faire est que quand la police ou l’ASFC doit choisir la langue de documentation car un touriste accusé ne connait ni l’anglais ni le français, la langue de défaut devrait être une langue neutre comme l’espéranto et non pas l’anglais.

  2. J’ai moi-même témoigné en faveur d’une accusée à une audience d’immigration téléphonique (donc fédérale) durant laquelle la juge (qui se retrouvait à Montréal et l’accent de laquelle m’indiquait que sa langue maternelle était probablement le français) m’avait demander de parler anglais car les documents d’arrestations initiales de la police et de l’ASFC à Ottawa étaient en anglais et qu’on avait déjà choisis un traducteur entre l’anglais et le chinois car les traducteurs qualifiés entre l’anglais et le chinois (que se soit en mandarin ou en cantonais) sont plus facilement accessibles qu’en français.

    Bien que je savait que les accusations étaient fausses, je craignait que d’insister à mon droit de l’adresser en français aurait pu la fâché en lui obligeant d’essayer de trouver un interprète qualifié entre le chinois et le français et que le délait que ceci aurait causer aurait pu nous coûter plus chèr en avocat malgré le fait que cette avocate connaissait le français.

    Prenant comptes de ces considérations réèlles, je n’avais donc aucun choix autre que de m’adresser en anglais.

    Plus tard, l’accusée avait changer à une avocate bilingue en anglais et en chinois car nous ne pouvions pas trouver d’avocat bilingue en français et en chinois. Donc à la prochaine audience d’immigration, je n’avait encore aucun choix autre que de m’adresser en anglais.

    La leçon à apprendre de ça est qu’aussi longtemps que le Québec continue à imposer l’anglais et refuse de permettre plus de choix de langues secondes pour remplir les critères du diplôme du secondaire, le français demeurera inutile comme langue de traduction ou d’interpretation entre elle et toute autre langue autre que l’anglais.

    On peut apprendre du système hongrois qui permet un grand choix de langues secondes qui permet donc à l’hongrois d’être une langue de traduction utile entre plusieurs langues.

    Il ne faut pas oublier qu’en général, on continue à étudier la même langue seconde à l’université qu’on aurait étudier à l’école secondaire.

  3. En effet, plutôt embarrassant…

  4. C’est incroyable de laisser passer un texte aussi mal écrit en français ,il n’y a personne pour regarder un texte avant qu’il soit publié?
    quelle honte, moi ma langue française je la trouve tellement belle je l’exige partout et j’en suis fière

  5. C’est très très très pauvre!!!!!

Les commentaires sont fermés pour cet article.