L’ANGLOMANIE EN France

Le ridicule de la situation vécue en France.

Marianne FranceJe me passionne pour l’avenir du français au Québec et à l’international, ainsi que pour l’évolution de la francophonie internationale. Depuis ma retraite en 2007, je consacre beaucoup de temps à consulter quotidiennement les magazines électroniques qui traitent de ces sujets.

À la lecture de ces magazines, je trouve un grand réconfort, mais aussi de sérieux motifs d’inquiétude. L’attitude de l’élite française, les milieux d’affaires en particulier, me laisse sans voix. Comment peut-on « se vautrer » sans discernement dans l’anglomanie et mettre ainsi en péril la langue française. Il existe en France des organisations, que vous connaissez bien d’ailleurs, qui tentent d’informer et de sensibiliser sur la question. Sauf que le mal est profond et ne sera pas facile à extirper.

Je pense que si ces comportements déviants étaient dénoncés par des Québécois, dans la presse québécoise, ils auraient un impact non négligeable. Nous jouissons d’une bonne réputation en France et notre résistance séculaire à l’anglicisation nous vaut respect et admiration de la majorité des Français. Leur faire réaliser comment nous percevons et déplorons leur comportement linguistique pourrait faire réfléchir et provoquer un malaise salutaire.

Au cours des derniers jours, j’ai rédigé quelques articles tirés de la presse française, qui démontrent le ridicule de la situation vécue en France. Je les joins à cet envoi. En fin de compte, c’est l’opinion publique française qu’il faut rejoindre même si pour cela il faut passer par des médias québécois. Avez-vous des suggestions? Au plaisir de vous lire.

Denis Turcotte, cofondateur de

Association Québec dans le monde, Fondation Québec dans le monde et École Québec Monde.

LA FRANCE VUE DU QUÉBEC

Pour survivre dans un environnement hostile, les Québécois doivent lutter sans répit pour préserver la langue française. Pour leur part, les Français semblent se résigner à l’empiétement de l’anglais dans leur vie nationale. L’une des deux nations fait fausse route. C’est dommage alors que l’émergence de l’Afrique est porteuse d’un bel avenir pour notre langue commune.

 

La French Tech

Les Français ont fait bonne impression au salon Consumer Electronic Show tenu à Las Vegas du 6 au 9 janvier 2015. Avec la participation de 120 entreprises, la France venait en deuxième place après le pays hôte, les États-Unis (152), devant l’Allemagne (39) et le Royaume-Uni (33). La représentation française comprenait de grosses pointures telles que Pernod, La Poste, L’Oréal, Valéo, mais aussi plusieurs start-up aux noms bizarres : Slow Control, 3D Sund Labs, Adways, Smart Me Up, Busit, 3Dudder, Prynt, Airboxlab, Voxtok,Cityzen Sciences, Myfox, Sevenhugs, Feeltact, Green Creative, Bodycap, Smokio, Rollkers, Withings, Parrot, etc. Il a de quoi faire une indigestion.

Pour Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du numérique, qui accompagnait la représentation française, la forte présence française à ce salon est un signe d’espoir. Elle espère que cela contribuera à attirer plus d’investisseurs étrangers en France.

Avouons que les start-up françaises font preuve d’une étonnante capacité d’innovation, mais elles manquent d’imagination pour devoir se tourner vers l’anglais pour désigner leur entreprise. Peut-être est-ce une forme de camouflage. Des entreprises françaises habillées d’anglais pour pénétrer les marchés anglophones. Car en France, ce problème ne se pose pas. L’habillage anglais a plus la faveur que l’habillage français. Quel drôle de monde, n’est-il pas? Cocorico!

 

CANAL +

Canal+ est un groupe audiovisuel français privé axé sur le cinéma, les chaînes télévisées et le sport. Filiale de Vivendi, le groupe est présent en France et dans le monde. En France, il offre entre autres le service de vidéos à la demande CanalPlay ainsi que les chaînes Canal+ Family, Seasons et myCanal. On a pensé aux enfants en créant l’application CanalPlay Kids.

Canal+ Events est spécialisé dans l’organisation d’événements sportifs. Il organise aussi l’Open Sud de France (tennis à Montpellier) et les Winter X Games Europe. Canal+ Activeédite les sites Web français de Canal+, de vidéo à la demande (CanalPlay) et des services de « pay-per-view ».

Pour faire face à l’arrivée de Netflix en France, la firme française à créer Canal OTT (pour Over The Top). Enfin, pour desservir l’outremer français (Réunion, Antilles, Nouvelle-Calédonie, Guyane française, Willis et Futuna), on a créé Canal+ Overseas.

On peut se demander à qui s’adressent les services offerts par ce groupe audiovisuel : à des Français anglicisés ou à des anglophones francisés? Avec des entreprises comme Canal+, l’avenir du français et de la France est plutôt mal assuré.

 

Firmes de sondage

Selon une enquête de l’Institut Think pour Great Place to Work, 17 % des salariés français se disent potentiellement en situation de burn-out.

Fondé en 2012 par Frédéric Albert, l’Institut Think se décrit sur son site comme « un expert des sondages d’opinion, et des études stratégiques et corporate ». Son fondateur a fait ses classes à l’IFOP comme directeur du pôle New Business puis du département Opinion et Stratégie d’entreprise. En 2009, il devient directeur associé adjoint au développement deOpinionWay, une autre firme de sondage française.

Great Place To Work est une entreprise étatsunienne fondée en 1981-82. L’Institut Great Place To Work France a été créé en 2002. Il publie le palmarès des Best Workplaces Francegrâce à son partenaire Le Figaro économique, lequel est le partenaire média exclusif de l’Institut de France.

On se demande ensuite pourquoi la France semble dans tous ses émois.

 

La relève française

La France peut compter sur une bonne relève, mais pas la langue française. Voici le cas de Margaux Pelen. Cette jeune fille de 27 ans est diplômée du Digital Innovation for Businessd’HEC-Télécom Paris Tech. L’un de ses professeurs la décrit comme une personne déterminée, débordante d’énergie, compétente et d’un leadership naturel. En 2011, l’année de sa graduation, elle a cofondé Mash Up, une association visant à mettre en relation les étudiants et les entrepreneurs de son école. Elle a aussi cofondé Home’n’go, une start-up d’annonces immobilières. En 2013, elle a été ambassadrice du Hello Tomorrow Challenger.

Elle a aussi beaucoup voyagé depuis pour nourrir sa réflexion. Des pays anglophones (Ouganda, Kenya, Malaisie), latino-américains (Brésil, Argentine, Colombie et Venezuela) pour finir par la Silicon Valley en Californie où elle a intégré la Singularity University. Depuis mars 2014, elle est à l’emploi de son alma mater de Paris pour accompagner les étudiants de l’école qui aspirent à la création d’entreprises. On peut supposer qu’elle servira de modèle et d’inspiration pour de nouvelles pousses françaises à dénomination anglaise.

 

Brest Life

Brest Métropole Océane, une ville de 400 000 habitants, a accédé au statut de métropole le 1er janvier 2015. Afin d’assurer son rayonnement et son expansion, elle s’est engagée dans un vaste projet urbain : aménagement de nouveaux quartiers résidentiels, nouveaux équipements, infrastructures urbaines, etc. Plus d’une quinzaine de grands chantiers structurants sont en cours de réalisation. Pour accroître sa notoriété, la ville s’est dotée d’une marque de commerce, la Brest Life, afin d’exprimer sa qualité de vie et son désir d’entreprendre. Au fait, cette ville est-elle située en Bretagne ou en Grande-Bretagne?

 

Business France

Le commerce extérieur de la France accuse toujours un déficit important. Afin d’aider les entreprises françaises à exporter, le gouvernement a décidé récemment de fusionner Ubifrance et l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII) dans une structure unique dénommée Business France. Il semble qu’une procédure de simplification des modalités d’exportation aurait été plus efficace que cette fusion aux allures anglo-saxonnes. Quand l’exemple vient d’en haut!

 

Danone

Leader mondial des produits laitiers frais, Danone est une entreprise française fondée en 1919. Elle est établie aux États-Unis depuis 1942 sous le nom de Dannon, ce qui sonne sans doute mieux aux oreilles étatsuniennes. Et si on leur rendait la pareille : Google devient Gougelle, Facebook Facebouc, etc. Stupide, pensez-vous? Si c’est le cas, cela est valable dans les deux sens, non?