L’anglais a-t-il sa place au conseil municipal de Longueuil?

À vous de réagir!

À vos claviers! Peut-on faire comprendre à ce M. Robert Myles que le français est langue commune d’usage public au Québec que tout le monde est censé connaître et que conséquemment tout ce qui est en français s’adresse à tout le monde inclusivement. Adresse utile : robert.myles@ville.longueuil.qc.ca

Extrait du site de Radio-Canada :

Robert Myles

Robert Myles

L’utilisation de l’anglais par le chef de l’opposition de Longueuil irrite la mairesse Caroline St-Hilaire et des membres de son équipe. Mais Robert Myles affirme qu’il est dans son droit. Il remet même en question le statut uniquement francophone de Longueuil.

Un texte de Thomas Gerbet

« Bonsoir à tous. Good evening everyone ». À chaque conseil municipal, le même scénario se répète : le chef de l’opposition Robert Myles traduit en anglais tout ce qu’il dit en français : « À ce tour de table, j’ai quatre points dont je veux discuter. At this tour of table, I have four issues I would like to discuss ».

La suite : http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2015/06/22/001-anglais-longueuil-conseil-municipal-francais.shtml

11 commentaires

  1. Mais oui, oublie pas que Quebec, etaient batir pas seulement par le Francophones,, c est dommage Que la BelleProvince est devenu La Province de Quetain,Quebec has become the petty province

    • En réponse à Madame Scullion, en tout respect, je vous rappelle que pratiquement partout au Québec, les anglophones obtiennent des services dans les commerces et institutions dans leur langue contrairement aux francophones hors Québec.

      Apprendre d’autres langues est une richesse. Mais, ce sont surtout francophones, qu’on a tenté d’assimiler massivement au moins à trois reprises, qui apprennent la langue seconde. Les anglophones du Québec peuvent vivre au Québec sans apprendre notre langue, situation inverse impensable chez nos cousins francophones hors Québec.

      Je vous invite à discuter et à comparer les acquis (médias, établissements scolaires et autres services) avec des francophones hors Québec.

      Denise

  2. Quand, la manif devant l’Hôtel de ville en appui au français?

  3. M. Perreault,

    Peut-être qu’on doit proposer une modification de la Charte des droits et libertés de la personne, en particulier l’article 3 du chapitre 1.

    Toute personne est titulaire des libertés fondamentales telles la liberté de conscience, la liberté de religion, la liberté d’opinion, la liberté d’expression, la liberté de réunion pacifique et la liberté d’association, tant que ces libertés sont déroulées uniquement en français.

  4. Le racisme linguistique au Québec consiste à refuser d’apprendre et de parler la langue nationale du Québec, la langue commune d’usage public, le français. Fort heureusement, le nombre de non-francophones parlant français va en augmentant. La diversité parle français au Québec.

    • Take your linguistic gun away from my head ……. Your language is not my responsibility….. Mine is my own…. I take objection to your attitude to others here…. this is not Nazi Germany … In Quebec as in the rest of Canada I will speak the language of MY choice…..do you understand me ?

  5. Merci pour l’adresse! Il y a une belle campagne de support pour lui de la part des Québécois francophones non racistes.

  6. What century are we living in? The last I read is that even France is embracing teaching
    English and other languages as they recognize the importance of many languages which brings more freedoms and opportunities. But one language causes small mincedness and limits freedom. Mr Myles is trying to preserve freedom for all.

  7. Il peut parlé cette tres belle langue qui est l anglais ou il veut. Je vous invite a continuer M Mylse au Québec ce n est pas interdit…De plus vous s en faite la traduction 😉

  8. Can’t you keep your nose out of anything? How does this concern you? Pain in the butt.

    • Quebec has become the Petty Province, a province that is so petty it reminds me of Monty Python Quebec was not built only by les Francophones, this is a reenge for a war lost on the plains of Abrahham, and the abandonment by la mere patrie, France.

Les commentaires sont fermés pour cet article.