Fin à la pollution linguistique par des marques de commerce non conformes?

Impératif français dira non à des « quarts de mesure » pour franciser les marques de commerce utilisées comme noms d’entreprise!

Canadian Tire Gap 2015 Walmart Best Buy 2015 Costco 2015 Guess 2015 Old Navy 2015

Le président d’Impératif français, M. Jean-Paul Perreault, accompagné de la présidente et du vice-président de l’Association pour le soutien et l’usage de la langue française (ASULF), Mme Pierrette Vachon-L’Heureux et M. Gaston Bernier, se rendra, le jeudi 26 novembre 2015, rencontrer M. Luc Fortin, député de Sherbrooke et adjoint parlementaire de Mme Hélène David, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, dans le cadre de «rencontres » préalables à « la rédaction de la modification réglementaire » sur l’usage de marques de commerce comme noms d’entreprise et à la consultation officielle qui s’en suivra.

Dans la lettre d’invitation du cabinet de la ministre David, il est écrit que « ce processus rigoureux permettra à terme de proposer un règlement conforme aux attentes du gouvernement, des entreprises et des citoyens. »

Impératif français croit que cet objectif ne peut être atteint que si la modification règlementaire accorde une place nettement prépondérante au français et ne réduit pas cette place à sa seule présence dans l’affichage extérieur des marques de commerce. Autrement dit, le nouveau règlement doit inclure les multiples plateformes utilisées par les entreprises pour faire la promotion de leur marque de commerce, que ce soit dans leur site Web, sur les réseaux sociaux, dans les médias ainsi que dans leur documentation commerciale, administrative ou professionnelle.

En outre, Impératif français dénonce l’intention exprimée par le gouvernement de fournir une aide financière à des entreprises, qui, sous l’égide du Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) ont dépensé des millions de dollars, en poursuite judiciaire, pour ne pas respecter le français, langue officielle du Québec depuis l’adoption, par le gouvernement de M. Robert Bourassa, de la loi 22 en 1974, soit plus de 40 ans. Et ceci de surcroît en période d’austérité!

Source :
Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications

3 commentaires

  1. Avez-vous une liste des commerces que vous visez ?? Ikea est un mot suédois et les Legos sont danois. Où est-ce une vendetta contre le canada-anglais/états-unis ? Et bonne chance dans vos démarches… mon blogue sur la lutte a 3 fois plus d’appuis sur Facebook…

  2. M. Perreault….Ne vous demandez pas pourquoi le Québwc est pauvre et que peu d’investisseurs souhaite venir s’y établir. Québec restera toujours pauvre tant qu’il se considerera le nombre du monde. Éventuellement le Québec sera très isolé. Good work.

  3. Bravo! En espérant un jour, l’affichage unilingue français!

Les commentaires sont fermés pour cet article.