Entrevue du président d’Impératif français

Le groupe Groenland refroidit le Québec et la francophonie!

Et en prime, ses commentaires sur la nomination d’un ministre aux Affaires étrangères unilingues anglais!

PKP demande au groupe Groenland de chanter en français en Abitibi et le nouveau ministre des Affaires étrangères est unilingue anglophone. Réaction de Jean-Paul Perreault d’Impératif français.

http://www.fm1047.ca/lecteur/audio/pkp-demande-au-groupe-groenland-de-chanter-en-fran-258963.mp3

Adresses utiles :

groenland
Groupe Groenland
http://www.groenlandband.com/fr/
https://www.facebook.com/groenlandband
management@bonsound.com
promo@bonsound.com
booking@bonsound.com

Rob Nicholson
Rob Nicholson
Ministre aux Affaires étrangères
rob.nicholson@parl.gc.ca
Site Web en anglais seulement!: www.robnicholson.ca

2 commentaires

  1. Cher m. Perreault…Pour commencer ce n’est pas le 22% (Québec) qui se doit d’assimiler le 78% (Canada). Dans le monde c’est L’ANGLAIS QUI DOMINE, il vous faut comprendre çela. La langue française est une langue extrêmement difficile à apprendre, prenez nos petits québecois qui étudient 11 ans en français et la plupart sont incapables de bien la parler et l’écrire…et vous vous attendez à ce que tout les potiticiens anglos deviennent bilingues du jour au lendemain, des grandes espoirs vous avez.

    Félicitez donc M. Harper qui s’adresse toujours en français pour commencer partout au monde et même lorsque la Reine d’Angleterre est içi en visite..un peu ridicule. Ça fait des années qu’il fait çela, est ce que quelqu’un lui a envoyé un petit mot gentil pour ses efforts….jamais, c’est ça des québecois, jamais satisfaits…nous le damnons à chaque occasion! Nous sommes renommés pour être des chialeux. http://www.indicedebonheur.com/fr/communiquesfr/quebecois-chaleureux-chialeux.htm

    Depuis que je suis revenue au Qc je n’en peux plus d’entrendre les lamentations et les diatribes de guerres linguistiques. En nous imposant continuellement nous nous faisons une très mauvaise réputation de oui…chialeux!

    Ailleurs ils décapitent les têtes, brûlent au vif, et au Qc, on chiale tout les jours sur la langue comme des victimes éternelles sous la main des méchants anglais! Allez, un peu de souplesse et de tolérance!.

    Par contre je dois avouer que je suis impressionée de voir que vous ne censurez pas mes commentaires. Un très grand démocrate.

    • Madame,

      Permettez-moi de répondre à votre commentaire. Pour commencer, ce ne sont pas les 90 % de francophones du Québec qui doivent s’assimiler aux 10% d’anglophones du Pays !

      Si l’anglais domine dans le monde aujourd’hui, cela n’est pas dû à la valeur intrinsèque de cette langue, mais à la puissance impérialiste et hégémonique des Etats-Unis d’Amérique, première puissance économique, culturelle, militaire et d’espionnage du monde. Tout le monde sait ce que la CIA a fait, et fait encore, pour déstabiliser les États, pour les mettre à la botte des É-U-A et pour leur imposer l’anglais.

      Vous comparez les francophones-militants à des décapiteurs, ce qui est scandaleux, mais vous oubliez que les Anglos du Canada (WASP et Orangistes) pour imposer l’anglais ont pendu Louis Riel en 1885 pour s’emparer de l’Ouest-Canadien francophone, comme ils ont pendu les Patriotes en 1839 pour mettre à genoux le Québec français (On pourrait aussi parler du génocide des Acadiens !).

      L’anglais s’est imposé par la force, car il n’est ni plus clair, ni plus concis, ni moins exempt d’exceptions que le français :

      Anglais vachement facile, français horriblement difficile, ce sont des clichés tenaces. Mais essayons de réfléchir sur le sujet (Source Rapport Grin : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/054000678/).

      D’un côté, plus la langue ressemble à la langue maternelle d’un « apprenant », plus elle est perçue comme facile. Mais il y a des critères objectifs à considérer.

      1. Alphabet.
      Anglais : non phonétique, 20 voyelles, 46 phonèmes, 1120 graphèmes.
      Français : non phonétique, 16 voyelles, 36 phonèmes, 190 graphèmes.

      2. Prononciation.
      Anglais : chaotique, insaisissable ; impossibilité de fixer une norme, les règles existent, mais les exceptions sont trop nombreuses pour pouvoir lire des mots inconnus.
      Français : chaotique, règles existent avec quelques exceptions, il est possible de lire des mots inconnus pour la plupart des cas.

      3. Accent tonique.
      Anglais : indéfinissable, fixé par l’usage ; aucune norme ne peut être établie.
      Français : fixe, sur la dernière syllabe.

      4. Verbes irréguliers.
      Anglais : 283.
      Français : 81.

      4. Identification de la fonction grammaticale.
      Anglais : très confuse, le même mot pouvant être un nom, un verbe, un adjectif, un adverbe…
      Français : plus claire ; il existe des mots faisant office à la fois d’un nom et d’un adjectif, mais les verbes et les adverbes sont identifiables.

      5. Syntaxe.
      Anglais : ordre des mots rigide, la moindre inversion change le sens.
      Français : ordre des mots fixe, mais l’inversion est possible, le sens n’est pas altéré (une belle maison – une maison belle).

      C’est vrai que les verbes français, ce n’est pas de la tarte, mais l’anglais est-il mieux ? Présent simple, présent progressif, preterit simple, preterit progressif, présent perfect simple, présent perfect progressif, past perfect simple, futur simple, past future, conditionnel présent, futur proche, passé exprimant une habitude… Si on se souvient que plusieurs temps français ne sont pour ainsi dire jamais utilisés… disons, ex æquo pour l’anglais et le français de ce point de vue.

      Ca fait 5 points en faveur du français plus facile que l’anglais !

      Enfin, pour conclure, ce n’est pas le moment de lâcher la langue française, car, comme beaucoup de démographes le disent, ainsi qu’une enquête menée par l’UNESCO, le nombre de locuteurs francophones pourrait atteindre, aux alentours de 2050, plus de 800 millions, grâce à la poussée de l’Afrique francophone, notamment (Entre autres sources : http://www.journalisme.com/les-assises/ecouter-les-assises/1426-800-millions-de-francophones-en-2050-quelle-offre-editoriale).

      800 millions de locuteurs francophones, pour 2050, ce n’est pas rien, cela pourrait faire même passer la langue française avant l’anglais en terme de locuteurs, et si les Francophones sont autant attaqués aujourd’hui, c’est peut-être parce que les angliciseurs (Étatsuniens, surtout), tueurs de diversité et agent de la pensée unique, sentent le vent tourner.

Les commentaires sont fermés pour cet article.