Ce qui est vraiment « déraisonnable » et parfois même corrompu!

Bulletin d'AylmerNous remercions le Bulletin d’Aylmer de l’intérêt qu’il manifeste à l’endroit du « mouvement Impératif français » et de son président. Nous profitons de l’occasion pour remercier les très nombreuses personnes de toutes langues et de toutes origines qui participent de plusieurs façons à l’avancement de notre mission, de la langue française et de la francophonie.

Dans votre éditorial fort intéressant, mais très incomplet du 30 septembre dernier, vous parlez du « déraisonnable » sans toutefois insister sur ce qui est vraiment déraisonnable, voire illégal ou même immoral, inacceptable et même parfois corrompu. Nous en parlerons donc puisque ceci saura sûrement intéresser vos lecteurs et lectrices.

Ce qui est déraisonnable, et c’est bien peu dire, c’est de constater quarante ans après l’adoption de la Charte de la langue française, qui en plus de reconnaître à tous les Québécois et Québécoises de toutes origines sans exception, les mêmes droits linguistiques fondamentaux qui font du français au Québec, la langue commune d’usage public que tout le monde doit connaître et parler (sinon apprendre), qu’il y ait encore :

  • des citoyens qui vivent au Québec (certains même depuis fort longtemps!) et qui n’ont toujours pas appris le français et, pire encore, refusent de l’apprendre et même de le parler bien qu’il y ait plein de francophones et que les cours de français ne manquent pas;
  • des propriétaires ou gestionnaires qui, bien que faisant de bonnes affaires au Québec, continuent à ne pas apprendre ni à parler le français. Il faut écouter pour voir!
  • des établissements commerciaux et professionnels qui persistent à employer du personnel incapable de recevoir, servir et informer le client en français ;
  • des entreprises où la langue de travail n’est toujours pas le français et des employeurs complices qui n’y font rien. Là aussi, il suffit d’écouter pour voir ;
  • des citoyens qui nous obligent à payer leurs impôts, car bien que résidant au Québec ils trafiquent leur identité. Comme le dit la devise ontarienne, ils sont : Yours to discover!

 

Nous sommes certains que plusieurs de vos lecteurs et lectrices seront très heureux de vous aider dans votre recherche du « déraisonnable ». Nous les en remercions d’avance.

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français

Adresse utile : http://www.bulletinaylmer.com/

1 commentaire

  1. « des citoyens qui vivent au Québec (certains même depuis fort longtemps!) et qui n’ont toujours pas appris le français et, pire encore, refusent de l’apprendre et même de le parler bien qu’il y ait plein de francophones et que les cours de français ne manquent pas »

    C’est vrai. Plusieurs parmi eux retracent leurs origines dans cette région jusqu’à avant l’arrivé des français. Les pensionnats francophones existait aussi par contre, ce qui a aidé à promouvoir le français dans certaines communautés autochtones quand même.

Les commentaires sont fermés pour cet article.