Campagne « Votons avec notre piastre » – Le père Noël a besoin de vous !

Promo Noël 2015 - Bannière animéeLe succès de la campagne du père Noël dépend de la participation de tout le monde. Impératif français n’en fait pas mystère : les consommateurs québécois sont au cœur de cette campagne. Impératif français rappelle que c’est d’abord le père Noël qui a besoin des Québécois, non l’inverse.

Votons avec notre piastre! Comme chaque année, Impératif français lance sur les ondes des stations radiophoniques et télévisuelles participantes sa vaste campagne promotionnelle « Votons avec notre piastre – Le père Noël a besoin de vous! » auprès des consommateurs afin de les encourager à favoriser par leurs achats les marchands et les entreprises qui les respectent, ceux chez qui tout est en français!

Impératif français rappelle à tous et à toutes que le vrai père Noël parle français et qu’il s’empresse toujours d’accueillir et de servir les clients en français et de leur vendre tous les produits désirés en français.

Le succès de la campagne du père Noël dépend de la participation de tout le monde. Impératif français n’en fait pas mystère : les consommateurs québécois sont au cœur de cette campagne. Impératif français rappelle que c’est d’abord le père Noël qui a besoin des Québécois, non l’inverse.

Un service d’excellence en français signifie que « tout » est en français : l’accueil, l’affichage, le nom de l’établissement, les dépliants, les catalogues, les brochures, les sites Web, la musique ambiante et la langue de travail. Tout est présenté en français : l’étiquetage, les modes d’emploi et les certificats de garantie, rédigés en français et sans fautes! Impératif français recommande de porter une attention particulière au nom d’entreprise, à la langue de travail, à la langue des logiciels, des claviers d’ordinateur, des répondeurs, des jeux vidéo, des systèmes d’exploitation, des productions télévisuelles et de tous autres produits informatiques ou culturels.

Impératif français profite aussi du lancement de sa campagne promotionnelle 2015 « Votons avec notre piastre – le père Noël a besoin de vous » pour inviter les consommateurs et les consommatrices à ignorer tous les établissements commerciaux qui arborent au Québec un nom d’entreprise qui n’est pas en français, et plus particulièrement les grandes chaînes, Best Buy, Walmart, Costco, Gap, Old Navy, Guess, qui, elles, avaient même entrepris des recours judiciaires pour ne pas avoir à respecter le Québec, pour ne pas avoir à franciser leur nom d’entreprise ou même à y ajouter un descriptif ou générique en français!

Nous vous invitons à diffuser « LARGEMENT » cette campagne dont le succès et les retombées dépendent de vous.

Le père Noël vous remercie de votre appui!

 

 

9 commentaires

  1. En réalité, les francophones sont aussi culturellement génocidaires que les anglophones. La majorité des québécois de souches sont unilingues, le corridor entre Gatineau et Montréal faisant l’exception.

    Observez comment les francophones désirent imposer leurs langues sur les sourds et les peuples autochtones au Canada et même à l’étranger sans mention du droit à une langue des signes, à la langue autochtone locale ou à la liberté linguistique généralement.

    Un beau petit geste minimum comme premier pas par exemple serait de permettre aux écoles publiques d’enseigner dans la langue autochtone locale et d’enseigner une langue des signes, la langue autochtone locale ou l’espéranto comme alternatif à l’anglais langue seconde pour remplir les critères de langue seconde pour obtenir le diplôme du secondaire. Mieux encore, on adopte la politique d’instruction de langues secondes hongroise qui permet de choisir entre plus d’une vingtaine de langues actuellement.

    Un autre beau petit geste serait de permettre au moins les auto-entrepreneures et les coopératives de travail associés de remplacer le français par une langue des signes, la langue autochtone locale ou l’espéranto dans tout contexte pour remplir les obligations linguistiques de la Charte de la langue française. À l’heure actuelle, la loi 101 ne permet pas qu’un signe commercial en algonquin le porte sur le français.

    Quand la loi limite la liberté commerciale de la langue autochtone locale même, on doit la qualifier de génocidaire.

  2. Ridicule.

    • Olivier F vient vivre dans le West Island, où un francophone a de la difficulté à se faire accueillir et servir en français par des commerçants anglophones, grecs, asiatiques… et tu comprendras l’importance de ces campagnes. Apparemment, le centre-ville est devenu tout aussi difficile pour un francophone!

      • Céline Céline Céline… adaptez-vous.

        • Les francophones unilingues ne s’adaptent pas aussi vite que les autochtones bilingues.

  3. J’avais donné $100.00 au centre d’amitié autochtone d’Odawa pour l’achat de livres d’instructions pour son cours d’ojibwe récemment.

    Maintenant que j’y pense, j’aurais peut-être du insister qu’il me servent en français avant.

  4. Voici un tres bon video sur les relations entre francos et anglos.. Mais pas un mot a votre propos. http://link.brightcove.com/services/player/bcpid1871234542001?bckey=AQ~~%2CAAAAJwuGkYk~%2C_guajaDzDnN3vV9gsC5WfM6tm6eDJU3j&bctid=4611555449001

  5. Le mot piastre, c’est du Francais?

  6. Pourquoi on ne parle jamais de Canadian Tire en nommant les chaînes qui ne respectent pas le Québec dans leur nom d’entreprise?

    P.S.: On me demande mon E-Mail: c’est courriel en français!

Les commentaires sont fermés pour cet article.