Vous songez à quitter le Québec, dites-vous?

Vous songez à quitter le Québec, dites-vous?

Au référendum de 1995, ils criaient, hurlaient dans les rues de Montréal « We love you »!

Aujourd’hui ils crient « We don’t love you! » ? Ils ne nous aimeraient plus ou beaucoup moins s’il faut en croire le « sondage mené pour le compte de CBC par la firme EKOS (qui) révèle que 51 % des anglophones et 49 % des allophones vivant au Québec ont songé à quitter le Québec au cours de la dernière année. »

Faisons preuve de grandeur! L’amour, c’est savoir laisser partir ceux et celles qui vous aiment ou ceux et celles qui ne vous aiment plus ou pas. Il faut faire preuve d’amour et ainsi savoir respecter ce droit de quitter, de déménager. Il s’agit après tout d’une liberté fondamentale. Nous ne sommes pas un pays totalitaire!

Quant à l’ensemble du Québec, soyons-en fiers ! Le Québec demeure une destination privilégiée de l’émigration internationale, une terre d’accueil « choisie » puisqu’il accueille, bon an mal an, environ 50 000 immigrants, soit près d’un million sur une période de vingt ans.  Quant au bilan des migrations interprovinciales, il serait nul.

L’attrait du Québec pour la diversité est tellement prononcé qu’à Montréal, plus de 50 % de la population n’y est pas de langue maternelle française.

Pas de doute, les résultats de ce sondage s’expliquent par les opérations de salissage répétées des médias et des groupes et leaders anglophones, d’ici et d’ailleurs, qui pratiquent la francophobie et le québécophobie à grande échelle.

L’attrait qu’exerce le Québec sur les Ontariens dans la région de l’Outaouais ne fait aucun doute. Un très grand nombre d’Ontariens viennent y élire résidence pour profiter du coût immobilier beaucoup moins élevé, des garderies à 7 $ par jour… mais sans toutefois y payer leurs impôts. Ils nous volent tout en imposant souvent leur unilinguisme anglais partout.  Ce phénomène de trafic identitaire, de corruption et de fraude fiscale est tellement répandu et reconnaissable par les plaques d’immatriculation « Yours to discover » de leurs automobiles qui dorment tous les soirs dans les entrées de cours du Québec!

 

Vous songez à quitter le Québec, dites-vous?

 

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications
www.imperatif-francais.org
Imperatif@imperatif-francais.org