Projection du film « La langue à terre »

Mercredi 30 avril 2014
11 h 15 Cégep de l’Outaouais – Auditorium Gabrielle-Roy
(333, boul. Cité-des-Jeunes à Gatineau)
Entrée libre

Le Cégep de l’Outaouais accueillera le documentaire politique LA LANGUE À TERRE sur l’anglicisation galopante du Québec. Réalisé par Jean-Pierre Roy (Questions nationales) et Michel Breton, ce film a reçu le prix d’excellence Lyse-Daniels 2014, remis par Impératif français pour sa contribution au rayonnement de la langue française.

La projection du film sera suivie d’une période d’échange avec les réalisateurs et Charles Castongay (mathématicien et expert en données de recensement sur la langue).

Inquiétés par une bilinguisation accélérée du paysage visuel et sonore de Montréal, les deux cinéastes, appuyés par la journaliste Louise Blanchard, s’interrogent sur les causes politiques et historiques de ce glissement qui pourrait être fatal pour l’avenir du Québec français.

Lancé en grande Première au Festival des Films du Monde le jeudi 29 août dernier, ce long-mètrage indépendant est une véritable enquête qui s’est étendue sur trois ans et a été réalisée notamment auprès de Charles Castonguay, Biz de Loco Locass, Josée Legault, Serge Bouchard, Bernard Landry, Yves Beauchemin, Pierre Curzi, Louise Beaudoin, Yves Michaud et Victor-Lévy Beaulieu. Dans un rythmeì effrénéì qui ne laisse personne indifférent, ce film pose cette question cruciale : comment sommes-nous rendus là après plus de 35 ans d’une loi 101 qui devait faire du français la langue commune du Québec?

Animé d’un fort désir de participer à un nécessaire éveil collectif, LA LANGUE À TERRE veut dénoncer l’inertie tranquille des francophones, endormis dans une « paix linguistique » promise après le référendum de 1995. Avec William Johnson, John Parisella et Sylvia Martin-Laforge, ce film brise le mirage et dévoile l’intransigeance des anglophones face au Québec français. Avec Maria Mourani, Tania Longpreì et Pierre Georgeault, le film révèle également les ratés de la francisation et de l’intégration des nouveaux arrivants au Québec.

Si l’impact de l’anglais se fait sentir fortement ici, il en va de même ailleurs sur la planète. LA LANGUE À TERRE explore ainsi la place qu’occupe le « globish » en France, notre mère-patrie. Bernard Pivot, Cédric Klapisch, Jean-Pierre Raffarin et Patrice Leconte, entre autres, se questionnent sur les incidences de l’anglais sur la société française. Les Français sauront-ils protéger leur culture et conserver leur place de choix dans le monde? En cette ère d’hypermondialisation, les nations pourront-elles résister à l’intrusion de l’anglais devenu lingua franca ?

C’est donc un rendez-vous à ne pas manquer le mercredi 30 avril à 11 h 15 à l’Auditorium Gabrielle-Roy du Cégep de l’Outaouais!

Affiche La langue à terre 30 avril 2014 (projection)