Chapitre 1 – Le saccage du Québec doit cesser!

Impératif français dit non à la déstructuration du Québec!

Impératif français défend, depuis plus de 35 ans, les droits linguistiques fondamentaux reconnus dans la Charte de la langue française et monte au front chaque fois que ces droits sont bafoués et que le gouvernement en place faillit à la tâche de les faire respecter et plie l’échine face à l’anglicisation institutionnelle du Québec et à l’envahissement du fédéral, notamment en matière de santé.

Aujourd’hui, Impératif français joint sa voix à celles d’actrices et d’acteurs éclairés du domaine de la santé, de la petite enfance, de l’éducation, de l’environnement et du développement régional pour appuyer la démocratie citoyenne et exprimer son désaccord total eu égard à la politique d’austérité du gouvernement Couillard, qui à partir d’un simple exercice comptable, déstructure le Québec et appauvrit sa population.

Impératif français partage la vision d’analystes économiques sérieux qui pensent qu’une société ne se réduit pas à sa seule interprétation économique, au contraire. En outre, Impératif français croit que le gouvernement actuel et son président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, font une lecture simpliste du Québec du XXIe siècle en troquant les fondements mêmes de notre société, unique en Amérique du Nord par sa langue, sa culture, ses choix de société, contre  l’atteinte obsessionnelle du déficit zéro.

Ainsi, quand les ministres du gouvernement libéral décident, entre autres choses, d’adopter des mesures dictatoriales en remettant la santé des Québécoises et des Québécois entre les mains d’un ministre ultracentralisateur, de s’attaquer à la politique familiale du Québec sans consultations et sans en évaluer les conséquences, d’éliminer carrément des instances régionales (CRÉ, CLD) qui assurent la survie des régions, de l’Abitibi-Témiscamingue à la Gaspésie en passant par l’Outaouais, là où des femmes, des hommes, des jeunes ont bâti, au fil des décennies, un patrimoine humain et territorial hors du commun, et de réduire de façon radicale le nombre de jeunes qui pourront avoir recours aux services essentiels, particulièrement en région, des carrefours jeunesse emploi, Impératif français dit non à cette politique d’austérité parce qu’elle n’est pas « la » solution pour résoudre les difficultés financières du Québec moderne tout en respectant les conditions minimales pour qu’une société libre évolue et se développe.

Enfin, au sein de la société civile, des jeunes aux retraités en passant par les familles, la grogne citoyenne est manifeste partout au Québec et amène le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault, à affirmer que : « le ton, la manière et les décisions malavisées du gouvernement Couillard pour « supposément »  enrichir le Québec, au détriment des choix de société de son peuple, ne peuvent qu’affaiblir le Québec dans toutes les sphères d’activités humaines, incluant celle de sa culture de langue française, et créer de toutes pièces une crise sociale. »

Adresses utiles :

Martin Coiteux
Martin Coiteux
Président du Conseil du trésor
cabinet@sct.gouv.qc.ca

Carlos Leitos
Carlos J. Leitão
Ministre des Finances
ministre@finances.gouv.qc.ca

Source :

Jean-Paul Perreault, Président
Impératif français
president@imperatif-francais.org
www.imperatif-francais.org

2 commentaires

  1. Le gouvernement a apparemment raison de saper dans les dépenses générales de son administration, dépenses qui dépassent nos revenus de beaucoup. Sauf qu’il me semble qu’il coupe inconsidérément et beaucoup trop, et j’en suis rendu à croire qu’il veut amasser des fonds pour appliquer son PLAN NORD. Pour arriver à ce constat, je considère que pour régulariser les dépenses sans trop couper dans les services, il suffisait de déterminer un pourcentage de coupure (10% – 20%…) qui s’applique dans tous les domaines.
    Ce qu’il fait, il coupe totalement les subventions à certaines associations sociales ou caritatives, de façon à les faire disparaître.
    Ces associations étaient et sont encore nécessaires vu qu’elles ont été mises sur pied depuis plusieurs années, après analyse et élaboration de constats qui devaient corriger certaines absences dans les services.
    Malheureusement, le parti libéral cherche constamment à amoindrir l’économie du Québec, comme l’a si bien dit Jean Garon, ex-ministre de l’agriculture, qui a réussi en 4 ans à monter notre auto-suffisance alimentaire de 35% (parti libéral) à 75% (parti péquiste), ce que le parti libéral a diminué ensuite à son point de départ. Le parti libéral agit exactement, en matière d’économie, comme le Canada qui cherche constamment à amoindrir l’économie québécoise, soit en imposant davantage les dividendes de 650 000 Québécois pendant 7 ans (pour que les Québécois transfèrent leur capital en Ontario, soit en volant 14 milliards de dollars dans le fonds d’assurance-emploi, soit en limitant les subventions au Québec en disant, en jouant sur les mots, que cette province reçoit la plus grande partie de la péréquation et qu’elle s’applique à réclamer davantage. Jamais on ne dit à la population, même pas le parti québécois, que subventions et péréquation doivent être additionnées pour dresser un tableau complet des transferts canadiens aux provinces. Et certaines provinces sont traitées différemment, comme Terre-Neuve qui a demandé – et obtenu – que les subventions reçues d’Ottawa pour ses mines ne servent pas à calculer sa péréquation.

  2. couillard et coiteux ,ne veulent que plus en mettre dans les poches de l arabie saudite………….on a jamais été aussi malmené que présentement et c est pour cette raison que j écris en minuscule leurs noms et le nom du pays maudit de nous tous……………….

Les commentaires sont fermés pour cet article.