Le français, langue commune : une valeur qui favorise le bien commun

Bernard TaylorVidéo de la présentation de Bernard Taylor et de Charles Castonguay à la commission sur le projet de loi 60 : http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/AudioVideo-49563.html

 

Le mémoire Castonguay-Taylor est accessible à http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/commissions/CI/mandats/Mandat-24537/memoires-deposes.html

 

Charles CastonguayRésumé du mémoire :

Par ses articles 40 et 41, le projet de loi 60 propose d’inscrire dans le préambule de la Charte des droits et libertés de la personne, aux côtés de l’égalité homme-femme et de la laïcité de l’État, la « primauté du français » comme « valeur fondamentale de la nation québécoise ». Il serait préférable d’y inscrire en tant que valeur fondamentale le français, langue commune, pour toutes les excellentes raisons données en 1973 par la Commission Gendron et en 1977 par le gouvernement de René Lévesque. À commencer par celles de cohésion et de justice sociales.