Le conseil des ministres du gouvernement Couillard

Lettre ouverte de Victor-Lévy Beaulieu : La conspiration des aliens

OPINION

conseil des ministres Québec 2014LE CONSEIL DES MINISTRES DU GOUVERNEMENT COUILLARD:
LA CONSPIRATION DES ALIENS!

Victor-Lévy Beaulieu

Permettez-moi d’appliquer heumouristiquement la théorie des Anciens asstronautes (le deuxième S dans le mot n’est évidemment pas une faute!) à la composition du cabinet de l’ex-espion canadian Philippe Couillard devenu premier ministre du Québec.

Première observation scientifique: ce qui différencie le gouvernement Couillard de celui de Jean Charest, est d’abord une question de couleurs: les femmes dans l’entourage de Jean Charest étaient en majorité de cheveux noirs et bruns (du genre de Nathalie Normandeau) tandis que les femmes dans l’entourage de Philippe Couillard sont en majorité blondes (du genre de Lise Thériault, devenue la vice-première ministre du gouvernement Couillard).

Des études, analyses et enquêtes faites en France auprès des blondes démontrent clairement qu’elles sont deux fois plus nombreuses que les porteuses de cheveux noirs à adopter les valeurs de la « droite ».

D’autres signes encore plus inquiétants confirment hors de tout doute raisonnable la théorie des Anciens asstronautes à l’effet que Philippe Couillard serait un alien à la solde du gouvernement fédéral, et dont la mission est de faire du Québec un État bilingue (avec la complicité de cet autre alien qu’est Denis Coderre, maire de Montréal): alors que le français est la seule langue officielle du Québec, les ministres venus de la Rhodésie anglophone de Montréal ont prêté serment en français… et en anglais, de même que ceux issus des communautés allophones, toujours de Montréal.

Même le nouveau ministre de la Santé a prêté allégeance en français et en anglais. J’ajoute de suite que Gaétan Barrette est lui aussi un alien, et dangereux — tous les aliens opportunistes le sont. Quand on reçoit une prime de départ de 1 200 000 $ pour avoir bien servi les intérêts corporatistes des médecins spécialistes, favorables au démantèlement de notre système de santé, il faut se méfier d’avoir comme ministre de la Santé un homme dont l’imposant physique (je reste poli) nous dit tout le contraire de ce que devrait être la Santé.

Encore plus inquiétant le fait que M. Couillard ait nommé au Ministère de l’Immigration (auquel on a ajouté les mots intégration et inclusivité) une Anglophone rhodésienne – une autre alien qui sera chargée, n’en doutons pas, de « bilinguiser » Montréal éfinitivement.

Autrement dit, je retiens les signes suivants: seuls les anglophones rhodésiens et les allophones pourront, dans un avenir rapproché, ne parler que leur langue… tandis que les Québécois français devront, eux, maîtriser la langue anglaise. La théorie des Anciens asstronautes est claire là-dessus: le bilinguisme est un état intermédiaire, ledit état conduisant inexorablement vers l’unilinguisme. Une fois que ce sera chose faite à Montréal, on s’occupera de la province, N’ayez aucun doute là-dessus: la conspiration des aliens n’est rien de moins que « la solution finale » en ce qui concerne notre langue.

Ajoutez à cela ce fameux trio économique dont les dieux hilares sont un économiste et un banquier. Attendez-vous à ce que l’optimisme du développement donne désormais toute sa mesure (résurrection du Plan Nord et de l’exploitation minière, gazière et pétrolière) au détriment de l’écologie. Pollution des esprits à prévoir au nom des gros bidous destinés à emplir les coffres de l’État, avec les conséquences qui vont venir avec: une qualité de vie se ratatinant comme vieille patate en fin d’hiver, ce dont profiteront les sociétés pharmaceutiques, elles aussi, toujours selon la théorie des Anciens asstronautes, faisant partie de la conspiration des aliens canadians. Est-ce un hasard si les trois ministres les plus influents dans le gouvernement Couillard sont des médecins – et chirurgien neurologique en plus dans le cas du premier ministre! Watchez vos neurones, chers Québécois francophones! Vous pourriez bien vous réveillez par un petit matin brunâtre avec un trou dans le crâne que les aliens rempliront de neuroleptiques!

Dernière constatation pour ce matin: tous les ministres du gouvernement Couillard sont droitiers. En tant que gaucher, je fais partie d’une minorité qui représente 8% de la population québécoise. Là aussi, méfiez-vous du conseil des ministres couillardesque : l’histoire nous démontre, toujours selon la théorie des Anciens asstronautes, que le droitiers finissent toujours malagauches. Un très, très et très mauvais présage… même pour l’heumourististe que je suis!

Victor Levy Beaulieu
Victor-Lévy Beaulieu
Trois-Pistoles

2 commentaires

  1. J’ai vu vos nouvelles annonces publicitaires à la tv. Voulez vous svp m’expliquer ce que vous entendez dire en vous servant du mot FRANCOPHOBIE. ACCUSEZ VOUS LES ANGLOPHONES ou les francophones DE QUELQUES MAUVAISES ACTIONS?

  2. Victor-Lévy, voici une réflexion qui m’est passé par le cœur à propos du premier membre du triumvirat Codère-Trudeau-Couillard dans ses efforts de reprendre le temps perdu pour lessiver chez le Québécois la fierté d’être franco en Amérique. En parlant de cœur… il me lève à tous les matins depuis le 7 avril!

    Les maires des grandes villes

    Je suppose que maintenant que les Libéraux sont au pouvoir, nous allons voir se créer des fiefs en province comme au Moyen Âge. Un maire en région ne reste un bon vassal que si on le récompense de temps à autre. D’autre part, nous verrons sûrement poindre quelques seigneuries dans les grandes villes, en commençant par la métropole et la capitale dont les maires redondants se verront attribuer les pouvoirs de suzerains au «statut particulier» (terme qui jusqu’à date donnait des boutons aux fédéralistes, eux qui l’utilisent dorénavant avec morgue et sarcasme). Ces seigneurs parvenus auront des pouvoirs quasi royaux qui leur permettront de soumettre avec condescendance le gouvernement provincial à lui octroyer plus de revenus au besoin, selon leur humeur. Ces seigneurs bedonnants auront tôt fait d’exercer leur chantage auprès de leurs copains libéraux au Parlement, leur rappelant le retour d’ascenseur qu’ils méritent pour services rendus lors des semaines précédant le 7 avril. C’est dur, vous savez, de se défaire des bonnes vieilles habitudes de copinage de l’autre époque.

    Vous vous souvenez du maire Tremblay? Pas vu, pas entendu, rien dit, non, non… Vous savez le fameux singe folklorique que se bouche les oreilles, les yeux et la bouche. Il me rappelle maintenant un autre politicien bien connu qui œuvrait celui-là à Ottawa il fut un temps pas si lointain et qui jouait le rôle de lieutenant auprès de son éminence, Paul Martin, digne remplaçant de Quasimodo Jean Chrétien… Ah oui, je me souviens (un instant, ça me dit de quoi cette expression…), il s’agit d’une entrevue du ronflant nouveau maire de Montréal, Sieur Codère, avec un journaliste de Radio Canada, où il se gourme à lui expliquer comment, lui, il sait à coup sûr déceler un voleur. Il n’a qu’à le regarder dans les yeux, dit-il. Et l’entrevue finit avec quelques banalités accompagnées du gros rire grivois de vous savez qui.

    Or, le journaliste, mal lui en prenne, n’a jamais pensé plus loin que son nez. Ça arrive. Bien sûr, Radio Canada, vous savez, épargne les fédéraux. Or, j’aurais aimé qu’il fasse son job comme un vrai pro et demande à Codère pourquoi il ne regardait pas ses collègues ministres et leurs hauts fonctionnaires dans les yeux à l’époque où il était lui-même ministre à Ottawa et pourquoi il n’avait pas perçu tous ces voleurs proches de ses amis des Commandites si c’est, comme il l’affirme, un don infaillible qu’il possède? Ah, j’entends déjà la réponse bébête à la Codère soutenir que c’est là un don qu’il a développé seulement depuis qu’il est revenu au Québec. Rires gras et grivois derechef. Et, évidemment, nous allons tous le croire!

    À l’époque, comme le singe bien connu de tous, le nouveau maire (comme l’ancien) de la Métropole, du temps qu’il était à Ottawa, n’a rien vu, les mains sur les yeux; n’a rien entendu, les mains lui calfeutrant les oreilles, et avouons que cela tient d’une force de caractère herculéenne, il a su résister, il s’est bâillonné le clapet alors qu’il y avait constamment des micros de journalistes tout autour de lui. Codère et les micros, vous savez… Et non, M. le Prestidigitateur, vos trucs d’yeux dans les yeux ne «pognent» pas avec moi… Je vous vois venir comme un pachyderme dans une allée de quilles…

    J.R.Claude Blanchette

Les commentaires sont fermés pour cet article.