L’anglicisation de la région métropolitaine de Montréal vue par le CRTC

Il faut plus de français, pas moins!

CRTCPatrimoine Canada subventionne chaque année plusieurs organismes québécois qui ont pour mission d’angliciser le Québec. Le CRTC de son côté utilise sa mission pour appuyer la défrancisation du Québec.

Par exemple, en accordant une licence à une nouvelle station commerciale FM de langue anglaise, la station 106,7 FM  de Hudson/St-Lazare exploitée par Evanov Communicatins inc. de Toronto, Ontario, le gouvernement fédéral avec la complicité de Patrimoine Canada, du CRTC et d’Industrie Canada vient encore une fois de mettre tout son poids en faveur d’une plus forte défrancisation, anglicisation et américanisation des ondes et de la population de toute cette région et de l’ouest de Montréal.

Et en plus, le CRTC vient d’autoriser, par sa décision 214-483, une augmentation de la puissance de rayonnement de cette nouvelle station de langue anglaise qui entrera en ondes bientôt. Sans aucun doute, celle-ci contribuera à l’érosion des marchés des stations de langue française et de leurs revenus publicitaires et cela alors qu’une analyse sommaire des statistiques démographiques de St-Lazare et de Hudson confirme les dégâts de l’anglicisation de cette région. Les taux d’assimilation des francophones y étant de près de 18 % à Hudson et de 6 % à St-Lazare.

Ce dont la région métropolitaine de Montréal et les villes et villages avoisinants ont besoin, c’est plus de français, plus de stations radiophoniques de langue française. Sûrement pas un renforcement de leur défrancisation, de leur anglicisation comme le veut le CRTC!

Les dégâts de l’anglicisation y sont tellement prononcés que bien que tout le monde soit censé connaître et parler français au Québec, la langue commune d’usage public, un très grand nombre d’anglophones de Hudson et St-Lazare refusent de le parler et même de l’apprendre en imposant ainsi leur unilinguisme arrogant.

Voilà un autre exemple qui confirme que le Canada, par l’intermédiaire de son gouvernement fédéral et de ses divers organismes, tel le CRTC, persiste par ses décisions, ses structures, ses politiques, ses programmes et ses subventions, à soutenir la dominance anglaise au Québec.

Adresse utile :

Shelly Glover
Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles
shelly.glover@parl.gc.ca

3 commentaires

  1. De plus l’immigration est faite de telle façon que le Québec c’est le Canada ,un pays anglophone et qu’on n’a pas besoin du Français pour vivre à Montréal. C’est pernicieux et honteux.

    • Pourquoi il n`y a pas une radio commerciale francophone entre Kingston et Toronto? Et le Canada n`est pas un pays anglophone c’est une manipulation de l’idéologie séparatiste. Il y a plus de francophones en Ontario qu’il y a d’anglophones au Québec. Il faut une bonne revendication de la part des francophones partout au Canada pour exiger un meilleur respect en tant que peuple fondateur.

      • Éric c’est le français en Amérique du Nord qui est en danger pas l’anglais. Lisez les rapports de recensement de statistique Canada pour vous convaincre que les francophones hors Québec sont une espèce envoie de disparition.

Les commentaires sont fermés pour cet article.