À la recherche du Rapport sur l’évolution de la situation linguistique au Québec

À la recherche du Rapport sur l’évolution de la situation linguistique au Québec

« L’OQLF surveille l’évolution de la situation linguistique au Québec et en fait rapport au moins tous les cinq ans au ministre… »

Gatineau, le 17 avril 2014

Monsieur Philippe Couillard
Premier ministre du Québec
Édifice Honoré-Mercier, 3e étage
835, boul. René-Lévesque Est
Québec (Québec) G1A 1B4

Objet : Rapport sur l’évolution de la situation linguistique

Monsieur le Premier Ministre,

Impératif français, organisme de promotion et de défense de la langue française, de la culture d’expression française et de la francophonie, depuis 1975, s’adresse à vous, nouveau premier ministre du Québec, pour solliciter votre intervention immédiate auprès de l’Office québécois de la langue française et exiger de celui-ci le Rapport quinquennal sur l’évolution de la situation linguistique au Québec, comme il lui en est fait obligation dans l’article 160 de la Charte de la langue française, d’en livrer un « au moins tous les cinq ans » :

« L’Office surveille l’évolution de la situation linguistique au Québec et en fait rapport au moins tous les cinq ans au ministre, notamment en ce qui a trait à l’usage et au statut de la langue française ainsi qu’aux comportements et attitudes des différents groupes linguistiques. » (Article 160, Charte de langue française)

Attendu que le dernier bilan remonte à 2008, que celui de 2013 n’a pas été publié et, qu’en juin 2012,  des études sectorielles de l’Office portant notamment sur la langue du commerce et des affaires illustrent de façon non équivoque l’ampleur du phénomène d’anglicisation eu égard à la non-conformité aux dispositions de la Charte de plus de 18 % des commerces du centre-ville de Montréal quant à leur nom d’entreprise et de plus de 28 % des commerces de l’ensemble de l’île pour ce qui est de leur affichage commercial et qu’à cela s’ajoute l’augmentation injustifiée de la bilinguisation de l’accueil ou des services offerts à la clientèle  dans les commerces de Montréal.

Attendu qu’en novembre 2012, de nouvelles études sectorielles de l’Office consacrées à la langue du travail exposent de manière irréfutable le recul du français comme langue du travail au Québec depuis les vingt dernières années; que ces études révèlent que les droits linguistiques fondamentaux des travailleuses et travailleurs québécois, toutes origines confondues, droits inscrits dans la Charte la langue française, sont bafoués puisqu’à peine 18 % des Montréalais et à peine 47 % des travailleurs à l’extérieur de Montréal utilisent uniquement le français au travail; que le Conseil supérieur de la langue française fait la même lecture que les organismes de défense du français au Québec quant à l’urgence de rectifier le tir pour faire du français la langue réelle du travail au Québec et dénonce, tout comme Impératif français, le fait qu’il y ait autant de postes où la connaissance de l’anglais est exigée, alors que la langue commune et officielle du Québec est le français.

Par conséquent, M. Couillard, Impératif français, fort de son expérience terrain de près de 40 ans, vous exhorte à réclamer à l’Office québécois de la langue française son rapport quinquennal de 2013, et ce, afin que la population du Québec ait le portrait le plus juste possible de la situation du français à Montréal, en Outaouais et partout au Québec. Vous êtes certainement au fait que ces données sont essentielles pour que votre gouvernement puisse mettre en place toutes les mesures, tous les moyens et donne le coup de barre qui s’impose, afin que le Québec français soit fort, fier, présent dans toutes les sphères d’activités humaines et continue d’exercer le rôle unique qu’est le sien en Amérique du Nord et dans toute la francophonie.

Vous remerciant à l’avance de l’attention que vous porterez à cette demande, je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, mes salutations distinguées.

Le président d’Impératif français,

Jean-Paul Perreault

c. c.
Monsieur Robert Vézina
Président
Office québécois de la langue française

5 commentaires

  1. J’ai connu une vieille dame anglaise de Kingston, Ontario, qui aimait se faire poser avec ses deux chiens et qui a aménagé un jour en Estrie au Québec pour y suivre sa fille. Elle était très encline à protéger les animaux. Elle est même devenue au cours des années ’80 coprésidente de l’association «Ducks Unlimited», regroupement voué à protéger les canards et à investir dans l’aménagement de marais en périphérie des villes afin de permettre à ces oiseaux de connaître une pérennité dans le temps. Pourtant, si cette dame devenait très émotive à l’idée de l’extinction possible de cette espèce de volatile, elle n’en était pas moins rébarbative, voire viscérale, à l’idée que la francophonie puisse essayer de survivre en Amérique à même titre que cet oiseau de marécage. Elle admettait, comme une bonne vieille Rhodésienne, que les «frogs» (lire Français) ne méritaient rien de mieux que de disparaître de la face du monde. Elle est morte aujourd’hui, que Dieu aie son âme, et qu’elle puisse reposer en paix pour le reste de l’éternité dans le royaume des chiens puisqu’elle insista que ses cabots soient inhumés près d’elle au moment de leur trépas. Longue vie d’ailleurs aux palmipèdes nombreux des milieux humides et au diable la francophonie puisqu’il s’agit là d’une race de deuxième ordre. Zieg Heil à vous Mme Edwardt.

  2. M. Blanchette….comment les anglos peuvent ils féliciter les francos parce qu’ils s’efforcent à enlever droits après droits aux anglos en guise de « protéger » le français? Est ce logique de procéder de cette manière? Défendre de parler une langue maternelle à certains pour favoriser l’autre qui est déjà à 86% guarantie et que 92% peuvent en tenir une conversation. Il est ou le probleme? Il y a des élus qui vous font accroire des peurs de disparition par exemple?

    Etudiez les 150 articles du Projet de Loi 14 de Diane de Courcy pour voir un abus déroutant du PQ. En étudiant ces articles je n’en revenais pas de l’AGRESSION sur les droits de la personne des anglophones. Je suis Pure Laine (un étiquette que je déteste) et j’ai honte souvent, C’était la même chose avec la Charte. On laisse entrer les islamistes parce qu’elles parlent français, ensuite on veut s’en débarasser comme des ordures, parce qu’elles portent un voile. C’est à l’immigration qu’il faut agir si on laisse entrer ou non, pas par après. C’est totalement injuste.

    A cause des attaques continuelles pour effacer l’anglais, des milliers d’anglophones ont quitté le Québec. L’exodus continue. Les jeunes anglos bien éduqués partent et sont notre perte. Chaque personne qui quitte doit être remplacée par des immigrants que vous n’aimez pas non plus…Voyez vous la une mentalité xénophobe?…Le Québec semble être seulement pour les Pures Laines..

  3. Les Anglos

    Connaissez-vous un Anglo qui défende la langue française? Je n’ai pas dit qui la parle, j’ai dit qui la défende. Il est toutefois remarquable comment les Anglais n’ont en contrepartie jamais rien de bon à dire à propos de ceux qui la défendent. Et que dire d’aller jusqu’à voter comme eux? «Over my dead body». Le Français menace vraiment trop la langue de Shakespeare en Amérique du nord pour prendre une telle chance…

    C’est curieux qu’à la veille de voir arriver les libéraux au pouvoir, on commençait à parler de baseball à Montréal. Montréal serait-elle plus riche qu’au temps où les Expos ont plié bagage? Baseball à Montréal, hockey professionnel à Québec; du pain et des jeux. Comme chez les Américains de l’Ontario, de l’Alberta ou du Nevada, le truc pour faire plaisir au petit peuple, fournissez-lui des jeux, de la bière à dix piastres et des hot-dogs à cinq et tout le monde est heureux tout le temps. Allez, entonnons tous en coeur: « Take me out to the ball game, buy me some peanuts and cracker jacks…. » Vous savez la rengaine.

    Qu’est-ce qui distinguent les Canadiens des Américains? Leur drapeau et leur devise ($). Qu’ont-ils en commun? Leur culture.

    Qu’ont les Québécois en commun avec les Canadiens? L’argent.

    Les Canadiens et les Américains : du pareil au même.

    Enfin, ceux qui estiment avoir gagné les élections le 7 avril ne savent pas ce qu’ils ont perdu en retour…

  4. M. Perrault, j’ai oblié les deux dernieres lignes de mon texte çi haut, voiçi:

    Avant que les anglos plient baggage encore une fois, analysez les effets dominos…

    Je vous prie d’envoyer mon texte à M. Vézina car la dictature s’apllique à l’OQLF, je ne peux m’exprimer car j’ai un point de vue différent qu’il n’aime pas. Vive la liberté d’EXPRESSION. Vive le Québec.

  5. Soyez averti que le français se comporte bien et la raison d’être de votre organization qui a pour mission d’effaçer L’ANGLAIS EN PENSANT QUE VOUS FAITES AINSI LA PROMOTION DU FRANÇAIS le fait de la mauvaise manière maintenant que le monde évolu a une vitesse vertigineuse. Votre mission est peu respectueuse pour la minorité anglaise qui est içi depuis 300 ans. Dites donc la vérité au lieu de toujours vous attaquez à la langue modiale qui est l’anglais et continuellement jeter un sort de disparition sur les francophones..

    Faites donc un tournant respectez nos anglophones et faites que pour commencer, le français soit bien enseigner dans nos écoles. De cette manière les minorités vous respecteront et seront plus ouverts a cooperer et a vouloir parler la langue de Molière. Maintenant c’est de la haine que vous transmettez en enlevant le droit aux anglophones de pourvoir s’exprimer et de parler leur langue maternelle librement sans avoir peur de La Police de la Langue. C’est rendu comme ça..de la dictature!

Les commentaires sont fermés pour cet article.