L’IRRÉDUCTIBLE VILLAGE GAULOIS

FrenchJ’écrivais dernièrement sur mon compte Facebook lors de mon dernier voyage dans le Nord de l’Ontario : « je constate ici la résilience des francophones hors-Québec, mais également la triste et lente assimilation. Natif de l’Outaouais d’une mère franco-ontarienne, je suis condamné à lutter pour cette belle langue, le français! »

L’expression d’Albert Uderzo est certainement un symbole fort et universel de résistance. Il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste de la BD pour connaître le référant, mais il faut le vivre pour le ressentir. Ma dernière promenade dans le Nord de l’Ontario me donne cette même impression, mais sans les pouvoirs de la potion magique. L’envahisseur est tenace, même s’il n’a pas de nom et qu’il est plutôt invisible, du moins techniquement. Cette métaphore s’applique malheureusement trop bien aux francophones de cette région. Je ne souhaite pas ici expliciter en détail les conséquences des mouvements linguistiques, mais plutôt rendre un hommage solennel à ces gardiens de l’héritage franco-ontarien, un héritage de solidarité et de fierté.

La suite : http://lecitoyenquirevaitsasociete.wordpress.com/2013/01/07/lirreductible-village-gaulois-la-francophonie-hors-quebec-et-le-francais/