FONCTION PUBLIQUE FÉDÉRALE

Des coupes au détriment du français

Les compressions budgétaires assenées par le gouvernement conservateur à la fonction publique fédérale se font au détriment du bilinguisme et du droit des francophones de travailler dans leur langue. Placés devant l’obligation de geler ou de réduire leurs dépenses, les ministères réduisent en effet le nombre de documents internes à faire traduire et demandent aux francophones de rédiger leurs rapports… directement en anglais.

(…) ce sont les traductions du français vers l’anglais qui pâtissent. « Les traducteurs anglophonesn’ont pas beaucoup de travail parce que les ministères demandent à leurs francophones de rédiger en anglais. […] La preuve anecdotique que j’ai, ce sont mes membres un peu partout dans les ministères qui se font dire “On n’a pas d’argent pour faire traduire, alors rédigez directement en anglais”. »

(…) c’est tout le concept de « choix de la langue de travail » qui est miné. « Les francophones travaillent majoritairement en anglais et les documents ne sont plus toujours traduits pour réduire les coûts. […] Les gens au gouvernement fédéral ont tellement peur de perdre leur job ces temps-ci qu’ils ne sont pas susceptibles de se battre pour obtenir les documents en français. » Le gouvernement conservateur s’est fixé comme objectif de réduire la taille de la fonction publique de 19 200 postes en trois ans. La moitié de l’objectif a été atteint en un an.

La suite : http://www.ledevoir.com/politique/canada/373594/des-coupes-au-detriment-du-francais