BRAVO À LA CAMPAGNE « MOI, JE TRAVAILLE EN FRANÇAIS »

Évaluation de la campagne de sensibilisation d’Impératif français « Moi, je travaille en français »

réalisée par Micheline Ostoj et Mélanie Bouthillette de la Direction de la recherche et de l’évaluation, Office québécois de la langue française (Janvier 2013)

Ce rapport présente les résultats d’une étude portant sur l’évaluation de la notoriété et des effets d’une campagne de sensibilisation réalisée en 2012 par Impératif français. Cet organisme est voué à la promotion de la langue française, de la culture d’expression française et de la francophonie.

L’objectif de la campagne était de sensibiliser les Québécois et les Québécoises au droit de travailler en français. Impératif français avait reçu une subvention de 25 000 $ de l’Office québécois de la langue française (l’Office) dans le cadre du Programme de soutien aux associations pour la promotion de la francisation dans les entreprises pour diffuser cette campagne[1]. Tel que présenté dans la demande de subvention de l’organisme, le but de la campagne était de faire du français la langue normale et habituelle de la vie publique et de renforcer son utilisation au travail et dans le service à la clientèle en sensibilisant les employeurs à leur obligation et responsabilité de respecter le droit des travailleurs d’exercer leurs activités de travail en français et par la même occasion les travailleurs à exercer leur droit. L’organisme vise aussi à ce que la sensibilisation par le message renforce ou modifie les comportements et les attitudes des travailleurs et du public en général quant au français comme langue de travail et langue de service à la clientèle.

La campagne de sensibilisation a été diffusée dans les médias écrits, télévisuels et radiophoniques. Dans le cadre de cette présente étude, seuls les deux derniers médias ont été retenus pour évaluer la notoriété et les effets de la campagne.

Voici quelques données extraites du Rapport d’évaluation de la campagne de sensibilisation d’Impératif français « Moi, je travaille en français » :

Tableau 2 – Caractéristiques des répondants qui se sont souvenus de la campagne de sensibilisation (notoriété totale)

%

n total réel*

Région de résidence
– RMR de Montréal

46

601

– Région de Gatineau

69

401

Sexe
– Homme

52

426

– Femme

43

576

* Il s’agit du n total réel pour chacune des catégories des variables. Par exemple, pour la première ligne, il y a 601 répondants de la RMR de Montréal, et parmi eux, 46 % se sont souvenus de la campagne.

Tableau 3 – Caractéristiques des répondants selon le média dans lequel ils ont pris connaissance de la campagne de sensibilisation

Groupe d’âge

18 à 34 ans

35 à 49 ans

50 ans ou plus

%

%

%

Télévision

74

59

75

Radio

24

26

12

Télévision et radio

2

15

12

Total (n réel)

(112)

(235)

(194)

Quel est le message principal de la campagne de sensibilisation? Les résultats présentés au tableau 5 indiquent que selon les répondants, le message principal est de promouvoir le français au Québec (52 %), ainsi que de montrer qu’il est important de parler le français au travail (30 %).

Tableau 5 – Répartition des répondants selon le but véhiculé par la campagne de sensibilisation (n = 541)

%

Promouvoir le français; encourager et sensibiliser les gens à parler le français

52

Parler le français au travail; important de parler le français au travail

30

Protéger le français; conserver le français; défendre le français et la loi 101

11

Faire comprendre que le français est important

9

Autre but de la campagne

6

Sensibiliser les immigrants au français; sensibiliser les non-francophones à parler le français au travail

4

Ne sais pas

2

Tableau 6 – Opinion des répondants sur des énoncés portant sur le message publicitaire

 

En accord
%

En désaccord
%

Total n réel

Le message fait comprendre qu’il faut renforcer l’utilisation du français au travail.

94

6

538

Le message fait comprendre que le français est la langue normale et habituelle de la vie publique au Québec.

92

8

538

Le message sensibilise les travailleurs à exercer leur droit de travailler en français.

89

11

535

Le message sensibilise les employeurs à leur obligation et responsabilités de respecter le droit des travailleurs d’exercer leurs activités en français.

80

20

535

Le message aura un impact sur la francisation des entreprises.

54

46

527

Le message s’adresse plus aux nouveaux arrivants qu’à l’ensemble de la population québécoise.

44

56

532

Conclusion

À la suite des différents résultats du sondage téléphonique, la campagne de sensibilisation pour promouvoir le français au travail est une belle réussite. Il ressort que près d’un travailleur sur deux (48 %) dans la RMR de Montréal et dans la région de Gatineau s’est souvenu de la campagne diffusée à la télévision et à la radio. C’est dans la région de Gatineau que la campagne a obtenu le plus haut taux de notoriété, soit 69 % comparativement à 46 % dans la RMR de Montréal.

La publicité télévisuelle a davantage retenu l’attention des répondants que le message diffusé à la radio, en ce sens 69 % des personnes qui se sont souvenues de la campagne se sont rappelé les publicités présentées à la télévision comparativement à 21 % pour celles diffusées à la radio.

Compte tenu des ressources humaines et financières limitées pour réaliser cette campagne de sensibilisation, le taux de notoriété est évalué ici comme étant très satisfaisant. De plus, il est important de souligner que 10 % des travailleurs ont indiqué qu’elle avait eu une influence sur leur attitude ou leur comportement au travail. Cette influence se concrétise principalement en faisant en sorte qu’ils parlent davantage le français au travail et que la campagne les a sensibilisés au statut du français dans leur milieu de travail.

Enfin, les résultats ont aussi fait ressortir que pour une proportion considérable de travailleurs (81 %), il est important de maintenir les efforts de sensibilisation pour promouvoir le français au travail; et, que près des deux tiers des répondants ont indiqué qu’il faudrait plus de campagnes pour sensibiliser les Québécois à leur droit de travailler en français.

La version intégrale du Rapport est accessible en cliquant ICI.



[1] Dans le cadre de ce rapport, les termes campagne de sensibilisation, campagne promotionnelle et publicité sont utilisés comme des synonymes.