PLUS DE 1000 PLAINTES

Extrait de http://www.journaldemontreal.com/2012/08/16/le-mouvement-imperatif-francais-depose-plus-de-1000-plaintes

GATINEAU – Déplorant le peu d’effet de la campagne de l’Office québécois de la langue française (OQLF), en novembre dernier, visant à promouvoir l’affichage en français des entreprises, le Mouvement Impératif français vient d’envoyer à l’OQLF une liste de plus de 1000 noms d’entreprises qui dérogent à loi.

«Ce qu’on observe c’est que sur le terrain, rien n’a changé, a précisé le président du Mouvement Impératif français, Jean-Paul Perreault, en entrevue, jeudi, avec l’Agence QMI. Nous avons donc envoyé des plaintes à l’OQLF pour lui dire d’agir dans un dossier où lui-même avait dit qu’il le ferait.»

La Charte de la langue française, peut-on lire sur le site de l’OQLF, n’oblige pas les entreprises à traduire en français leur marque de commerce, mais elle stipule que «cette marque doit être accompagnée d’un mot ou d’une expression descriptive (générique) en français, ou encore d’un slogan en français qui décrit les produits ou les activités de l’entreprise».

Le Mouvement Impératif français affirme n’avoir observé aucun ajout de slogan ou d’expression en français chez nombre d’entreprises, et a dressé une liste de celles qui n’ont effectué aucun changement à leur affichage, liste soumise à l’OQLF.

Pour le président du mouvement, il s’agit d’un strict minimum, mais il souhaite davantage. «On veut des résultats et ce qu’on veut à long terme, c’est le changement complet de nom, a souligné M. Perreault. Beaucoup d’entreprises l’ont fait, comme Bureau en gros (Staples), Tigre géant (Giant Tiger). Si elles ont jugé intéressant de le faire, pourquoi les autres ne le font pas? Il y a une arrogance à ne pas respecter la charte.»

Le Mouvement Impératif français demande également à l’OQLF de «prendre les mesures coercitives qui s’imposent» pour que les entreprises délinquantes se conforment à la charte, peut-on lire dans un communiqué transmis jeudi.

Sur le même sujet : http://www.radio-canada.ca/regions/ottawa/2012/08/16/007-imperatif-francais-plainte.shtml