LA CASSEROLE LINGUISTIQUE

Impératif français et la casserole linguistique

Louise MarchandDepuis nombre d’années, Impératif français actionne la sonnette d’alarme sur les phénomènes d’anglicisation et de bilinguisation à Montréal et ailleurs au Québec. Le 1er juin 2012, dans le cadre de son mandat de suivi de l’évolution de la situation linguistique au Québec, l’Office québécois de la langue française a publié cinq études portant notamment sur la langue du commerce et des affaires.  Force est de constater que, 35 ans après l’adoption de la Charte de la langue française, ces études révèlent des faits extrêmement troublants quant à la place du français dans les commerces de Montréal. Quelques statistiques suffisent pour mesurer l’ampleur du phénomène d’anglicisation dans certains cas et de bilinguisation dans d’autres :

  • En 2012, plus de 18 % des commerces du centre-ville de Montréal affichent un nom d’entreprise non conforme aux dispositions de la Charte.
  • En 2010, plus de 28 % des commerces pour l’ensemble de l’île de Montréal contrevenaient à la loi en matière d’affichage commercial.
  • En 2012, plus de 26 % des commerces n’accueillent pas exclusivement en français leur clientèle, alors que l’accueil bilingue est passé de 1 % à 13 % entre 2010 et 2012.
  • En 2012, 43 % des francophones n’exigent pas d’être servis en français lorsque le service leur est offert en anglais.

Le gouvernement du Québec et l’Office québécois de la langue française sont en grande partie responsables de ces constats alarmants. En effet, ils leur incombent d’appliquer la Charte de la langue française depuis 35 ans, mais ils n’ont pas su mettre en œuvre les politiques essentielles pour contrer l’anglicisation et la bilinguisation de Montréal et du Québec tout entier par le fait même. Néanmoins, nous prenons bonne note des engagements de la présidente-directrice générale de l’Office, Mme Louise Marchand, lorsque celle-ci déclare : « Nous allons entreprendre une opération d’envergure pour augmenter la place du français dans le paysage linguistique. » Impératif français ne peut qu’appuyer une telle prise de position de la part de l’Office et, c’est pourquoi, nous invitons la population de Montréal et du Québec à déposer des plaintes auprès de l’Office chaque fois que ses droits fondamentaux d’être informée et servie en français n’auront pas été respectés. De plus, nous invitons toutes les citoyennes et tous les citoyens à exiger sur le champ de toutes les entreprises et de tous les commerces d’être accueillis en français, et ce, en tout temps.

Enfin, nous encourageons les personnes qui portent plainte à suivre l’évolution de leurs plaintes afin de s’assurer que les situations d’agression linguistique soient vraiment corrigées. Sinon, il leur faudra exiger de l’Office qu’il transmette ces plaintes au Directeur des poursuites pénales et criminelles qui pourra à son tour imposer les amendes appropriées pour faire respecter la Charte et ses règlements à Montréal et partout au Québec.

Jean-Paul Perreault
Président
Mouvement Impératif français
Tél. : 819 684-8460