« MY FERRY LINK »

SeaFranceSeaFrance était une compagnie maritime qui assurait les liaisons transmanches, par ferries, entre Calais et Douvres (c’était une société anonyme détenue à 100 % par la SNCF). Confrontée à de grosses difficultés financières (concurrence du tunnel sous la Manche), elle a été placée en redressement judiciaire en 2011, le Tribunal de commerce de Paris prononçant sa liquidation en fin d’année dernière. Ses navires et les autres actifs dépendant de la liquidation ont été repris par la société Eurotunnel, tandis que l’exploitation sera confiée à une SCOP (société coopérative et participative) créée par d’anciens salariés de SeaFrance. 

Mais sous quel nom se fera cette exploitation, par cette nouvelle société de droit français qui annonce, en outre, recruter l’essentiel de son équipage à Calais ? On vient d’apprendre que ce sera  … My Ferry Link. Le mot France a disparu de la raison sociale. Il était devenu gênant. Il était de trop. A la question de savoir pourquoi un nom « so british » avait été adopté, le président du directoire de ladite coopérative a répondu ceci à un journaliste du quotidien Le Parisien : « La réponse est simple : 85 % de nos passagers sont britanniqueshttp://www.leparisien.fr/economie/seafrance-devient-my-ferry-link-14-07-2012-2090180.php ).

On n’est pas obligé de croire cela. Il y a gros à parier que si le taux d’utilisation des navires par des anglophones avait été de 40 % ou même de 30 %, il en eût été de même. Pour la Constitution, le français est la langue de la République, mais pour les milieux d’affaires, pour ceux qui pilotent cette opération comme pour les autres, l’anglais est celle du commerce. Il doit donc s’imposer.

Le pouvoir politique a commis une grosse erreur en n’imposant pas une dénomination en langue française pour les entreprises commerciales de droit français, quelle que soit leur forme juridique. Il aurait dû le faire il y a longtemps. Mais encore aurait-il fallu qu’en bon élève de l’école néolibérale il ne soit pas à la remorque  du pouvoir économique.

Jean-Pierre Busnel