GREYHOUND

Le 9 octobre dernier, ma conjointe et moi avons voyagé en autobus d’Amos (en Abitibi) au terminus de Hull.

Le déplacement Amos-Val d’Or-Grand-Remous était assuré par la compagnie Maheux et tout s’est déroulé en français (mot de bienvenue, annonce des arrêts et de leur durée, etc.), comme il se doit.

À Grand-Remous, on monte dans un autobus de la compagnie Greyhound (anciennement Voyageur) pour le trajet vers Hull.  Le chauffeur est unilingue anglophone.  Il ne nous a pas souhaité la bienvenue dans son autobus et n’annonçait pas les arrêts.  Au départ, je lui ai demandé si on devait lui remettre nos billets avant de monter dans l’autobus ou s’il les prenait à l’intérieur.  J’ai dû reformuler ma question en anglais pour le savoir.  Au terminus de Hull, un passager voulait savoir si l’autobus se rendait à Gatineau.  Il a dû, lui aussi, passer à l’anglais.

J’ai déjà fustigé Greyhound de ne pas respecter sa clientèle francophone en ne confiant pas ce trajet à un chauffeur bilingue (même leur formulaire de plaintes est truffé de mots anglais).  J’entends les récriminations des passagers anglophones si un chauffeur unilingue francophone était placé sur le circuit Toronto/Ottawa, par exemple.

Certains jovialistes croient que le fait français n’est pas menacé au Canada et au Québec.  Il l’est, mais ça ne paraît que si peu…  La mort sera douce, mais ce sera quand même la mort.

Jean-Claude Carisse
Pontiac (secteur Luskville)

Adresse utile :
Page pour commentaire par ailleurs très mal traduite : http://www.greyhound.ca/fr/ContactRequest.aspx