COMME L’HARFANG EN COLÈRE

Comme l’harfang  en colère

HarfangComme l’harfang  en colère, je m’éveille au matin,
Je me jette des hauts, et j’affronte les vents,
qui  me hurlent aux oreilles, des menaces de déclin
Moi   je scrute, regarde et voie  les aboutissants,
Ils sont déjà en place, pour nous pousser au vide
Au néant des petits, ceux qui pleurent et gémissent
Mes serres sont tendues, prêtes à griffer livides
Des hommes j’en voie en bas, enfin qui réagissent.

Ils sont braves et décidés, enfin sont réveillés
De leur destin trahi , de leur terre  envahie
Ont puisé  leur courage, qui doit les emmener
Où Chenier, Papineau, Lorimier du  vieux pays
Avaient eux bien compris, notre belle  destinée

Debout gens du pays  aux ancêtres si brillants
Aller crier haut et très fort, que ce pays affirme
Que son destin à lui pavé de lys ardents
Hurle son pire dégoût d’être encore là infirme,
à balbutier pour vivre, courbé en mendiant

Drapeau québécoisAttaque donc enfin Bel harfang en colère
Jaillit au vol soudain, des lendemains de pluie
Montre enfin qui tu es, honore tous tes pères
Qui savaient bien jadis, offrir leur jeune vie
Lève-toi au clair matin, et aiguise tes serres.

Michel Lacaux 21 janvier 2012…
Le Jour du drapeau