BRISONS L’ISOLEMENT PONTIAC

ShawvilleNous revenons d’un séjour dans la belle région québécoise du Pontiac en Outaouais que nous vous invitons à visiter et à découvrir en français.

Mais quelle ne fut pas notre déception de constater que bien peu a changé dans le petit village de Shawville où nous n’avons pu être servis en français dans les trois établissements commerciaux que nous avons visités, et ceci, de surcroît, par de jeunes employés âgés d’une vingtaine d’années ou moins! Avec le temps, nous aurions cru que l’isolement linguistique se serait atténué. Mais non ou si peu!

Cela est surtout désolant pour tous ces jeunes qui seront ainsi condamnés ailleurs au Québec au chômage ou au bien-être social puisqu’ils sont incapables de répondre à l’exigence normale généralisée du marché du travail québécois ou de la fonction publique fédérale quant à la connaissance du français! Il leur restera les petits emplois sous-payés de Shawville et de ses environs où ils décevront la clientèle québécoise par leur méconnaissance du français ou bien l’exode.

Défavorisés, plusieurs de ces jeunes n’auront d’autres choix que de s’exiler vers l’Ontario ou ailleurs au Canada parce que leurs parents et les écoles anglophones n’auront pas su évoluer avec le Québec. Pas étonnant dès lors de constater l’exode des jeunes, le dépeuplement et le vieillissement de la population pontissoise.

Tout ceci est un témoignage éloquent de l’inefficacité du ministère de l’Éducation, du système scolaire anglophone québécois et de ses commissions scolaires, de ses écoles primaires, secondaires, collèges et universités qui échouent lamentablement puisqu’ils sont incapables, dans trop de cas, de faire apprendre le français aux jeunes anglophones. Ne serait-il pas temps, dans les commissions scolaires anglophones du Québec, d’universaliser les classes d’immersion en français, au bénéfice des enfants?

À votre prochaine visite dans le Pontiac, aidez cette belle région québécoise à se franciser en parlant français partout et en tout temps. Et pourquoi pas, tant qu’à faire, y acheter une résidence d’été? Les paysages, les lacs, les rivières et certains petits villages y sont d’une telle beauté!