APARTHEID UNIVERSITAIRE

Un petit courriel pour vous annoncer que mon essai, APARTHEID UNIVERSITAIRE, est sorti en version électronique. Il est possible de se le procurer sur Amazon ici : http://www.amazon.com/dp/B007I7OUE0/ref=cm_sw_r_fa_dp_TSSwpb0BDX8WJ  (Il devrait être disponible sur d’autres plateformes bientôt).

La version papier sera disponible fin avril, mais il est déjà possible de pré-commander son livre ici (tarif avantageux) : http://www.amazon.ca/Apartheid-universitaire-Louis-Pr%C3%A9fontaine/dp/2892393450/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1331255514&sr=1-1    (Le livre en version papier en pré-vente est présentement au cinquième rang des ventes des nouveautés francophones sur Amazon).

Quatrième de couverture :

Y a-t-il une seule nation sur cette planète qui finance autant les institutions d’éducation post-secondaire de sa minorité que le Québec le fait avec ses anglophones? La réponse est NON. Partout, sur tous les continents, dans des nations indépendantes ou jouissant des pouvoirs en matière d’éducation, on vise avant tout la cohésion sociale et l’intégration via des études supérieures dans la langue nationale.

Au Québec, malgré la Révolution tranquille, malgré la Loi 101, malgré la rhétorique d’une soi-disant libération d’un passé de peuple conquis, on finance les universités de langue anglaise à près de 30 % du budget total pour une minorité historique de moins de 6 % de la population. Pendant que les services universitaires à la minorité francophone hors Québec se résument à une peau de chagrin qui ne fait plus pleurer personne, une université comme McGill trône fièrement en plein cœur de notre métropole, participant à notre anglicisation avec la moitié de ses étudiants venant d’en dehors du Québec.

Cet apartheid entre une minorité anglophone privilégiée et une majorité francophone reléguée à des bantoustans d’universités sous-financées constitue la réalité dont personne ne veut parler, car elle ouvrirait la porte à l’admission de notre échec et à la nécessité de renforcer notre aménagement linguistique.

Ce livre constitue un puissant rappel à la minorité de langue anglaise du Québec qu’elle est la plus choyée au monde. Il s’agit également d’un vibrant plaidoyer en faveur d’actions concrètes et courageuses permettant de sortir du cadre limitatif d’une Loi 101 souvent centrée sur l’affichage pour s’attaquer à un problème auquel nous n’avons jamais voulu faire face : la nécessité d’un financement des institutions post-secondaires de notre minorité historique au prorata de son poids démographique.

Nous avons le choix : mettre fin à l’apartheid universitaire ou disparaître.

Louis Préfontaine