SIXIÈME ANNÉE BILINGUE

Louis Préfontaine
Louis Préfontaine
louisprefontaine.com
mardi 1er mars 2011

Suite à la décision du gouvernement Charest d’angliciser la moitié de la sixième année du primaire, plusieurs, dont moi-même, attendaient impatiemment la réaction de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJB). Quelle forme prendrait la dénonciation de cette mesure anglicisante ? Un communiqué de presse ? Un texte de Mario Beaulieu, président de l’organisme, sur le site de la SSJB ? Une conférence de presse avec des linguistes, des professeurs, des spécialistes faisant état des dangers d’un bilinguisme généralisé et des risques d’assimilation dans un contexte d’extrême fragilité de la langue française ? Rien de tout ça. La réaction se limita à une maigre remise en question du caractère obligatoire de la mesure, le tout accompagné d’un appui à l’enseignement de l’anglais intensif. La SSJB est-elle tombée sur la tête ?

SSJB

Deux raisons expliquent la bizarrerie de cette réaction : la capitulation de l’organisme face au culte du bilinguisme et la peur de mener une lutte dont on ne peut espérer de gain à court terme.

La suite :  http://www.vigile.net/Sixieme-annee-bilingue-la-SSJB