RENFORÇONS LA LOI 101

Il faut redonner à la loi 101 sa mission originale de faire du Québec une province française par la revalidation de ses dispositions infirmées par les tribunaux et par l’élargissement de son application à l’ensemble de la société québécoise.

Louis Bernard
L’auteur est un ancien chef de cabinet de René Lévesque.

Il est difficile de passer une année au Québec sans que la question de l’intégration des immigrants ne vienne s’imposer dans l’actualité politique. Il y a quelque temps, c’était la controverse des accommodements raisonnables, puis celle des écoles-passerelles, et c’est maintenant celle de l’extension aux cégeps des prescriptions de la loi 101.

À la source de tous ces débats, il y a la crainte ressentie par une large partie de la majorité francophone que la présence de plus en plus importante chez nous de nouveaux citoyens issus de l’immigration ne vienne mettre en danger, à terme, le caractère français de la nation québécoise. Pour éviter ce danger, on a adopté la Charte de la langue française et récupéré les pouvoirs de sélection et d’intégration des immigrants. Mais, malgré cela, le doute subsiste toujours; d’où la demande pour étendre la loi 101 aux cégeps.

Pour la suite : http://www.cyberpresse.ca/opinions/201102/08/01-4368238-renforcons-la-loi-101.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_place-publique_1242600_accueil_POS1