LES GÉNÉRIQUES : MIEUX QUE RIEN, MAIS…

Le respect du Québec, de son environnement linguistique et de son écologie culturelle passe par la francisation des noms d’entreprise et non seulement par l’utilisation d’un « générique » français apposé à un nom anglais.


Canadian TireGatineau, le 6 septembre 2011 – « Le respect du Québec, de son environnement linguistique et de son écologie culturelle passe par la francisation des noms d’entreprise et non seulement par l’utilisation d’un « générique » français apposé à un nom anglais », déclare le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault.

Il faut les reconnaître et les encourager. Certaines entreprises sont plus respectueuses de l’environnement linguistique québécois. D’autres non! Certaines participent à la volonté populaire de protéger et de promouvoir notre spécificité. D’autres non! Certaines sollicitent le marché québécois avec des noms français. Certaines entreprises ontariennes ou étatsuniennes ont opté de franciser leur nom pour respecter le paysage français du Québec. D’autres non!

Bravo aux appellations anglaises qui ont fait place, au Québec, à des versions françaises : Marché Express (On the Run), Bureau en gros (Stapples Business Depot), Tigre Géant (Giant Tiger), L’Équipeur (Wear House), PFK Poulet frit Kentucky (Kentucky Fried Chicken), Centre japonais de la photo (Japan Camera Center), Queues de castor (Beaver Tail), Chalet suisse (Swiss Chalet), Village des valeurs (Value Village), La Baie (The Bay), La Source (The Source), Pharmaprix (Shoppers Drug Mart), etc. pour n’en nommer que quelques-unes.

PaylessPar contre,  Canadian Tire, Block Buster, Toys R Us, Sleep Country, Payless Shoe Source, Future Shop, Bulk Barn, Colour Your World choisissent toujours délibérément d’angliciser le paysage linguistique avec leurs noms défrancisants qui n’ont rien à voir avec l’identité québécoise.

Et l’ajout d’un « générique » en français devant ces noms d’entreprise, bien que mieux que rien, ne pourra faire oublier que ces entreprises anglicisantes refusent  toujours de respecter la volonté populaire de promouvoir l’identité québécoise.

Nous invitons l’OQLF à convaincre ces entreprises récalcitrantes à franciser tout leur nom au lieu d’ajouter seulement un générique et à encourager les consommateurs et consommatrices à acheter dans les établissements qui respectent l’identité française du Québec.

Ce n’est pas le choix qui manque!

Adresse utile : www.oqlf.gouv.qc.ca