HOMMAGE À L’ANTI-FRANCOPHONIE ET AU RACISME…

Charlotte WhittonSelon l’article ci-dessous du journal Le Droit du 28 avril 2011, la Ville d’Ottawa envisagerait de rendre hommage à l’ex-mairesse d’Ottawa, Charlotte Whitton, en nommant un édifice public à son nom.

Après la Ville de Gatineau qui a tout récemment renouvelé avec pompe son hommage à un criminel de guerre, Jeffery Amherst, en refusant de changer le nom de la rue qui porte son nom, c’est maintenant au tour de la ville voisine, la capitale fédérale, Ottawa, d’envisager de rendre hommage à l’ex-mairesse Charlotte Whitton qui considérait les juifs et les francophones comme des « races inférieures »!

Voici ce qu’écrivait le Congrès juif canadien sur Charlotte Whitton le 22 août 2010 à : http://www.cjc.ca/2010/08/24/la-premiere-mairesse-dottawa-cree-encore-la-controverse/

« Le Congrès juif canadien a d’abord dénoncé cette candidature la semaine dernière. À l’époque où elle dirigeait le Conseil canadien du bien-être des enfants, au milieu des années 1930, elle s’était farouchement opposée à l’arrivée d’orphelins juifs.

Son dédain pour les Canadiens français n’était pas non plus un secret.

Aux yeux de Charlotte Whitton, les Canadiens-français (sic) constituaient une race inférieure à qui la majorité anglophone ne devait concéder aucune victoire.

“C’était une francophobe notoire. Elle avait notamment déclaré que jamais la capitale du Canada ne deviendrait bilingue, du moins sous son règne”, souligne Pierre de Blois, un militant franco-ontarien.

La destruction de la Basse-Ville, elle en est en grande partie responsable, rappelle quant à lui Jean-Marie Leduc, directeur culturel de l’Institut canadien-français.

“Cette dame, elle était détestée, haïe de tous dans les chaumières canadiennes-françaises. Les francophones ont souffert de sa présence. Elle voulait ni plus ni moins éliminer la francophonie, notamment en encourageant les mères canadiennes-françaises à ne pas avoir d’enfants”, indique l’homme. »

La suite de cet article du Congrès juif canadien : http://www.cjc.ca/2010/08/24/la-premiere-mairesse-dottawa-cree-encore-la-controverse/


Ottawa songe à donner le nom de Charlotte Whitton à un édifice (Le Droit)


La Ville d’Ottawa songe à donner le nom de sa première mairesse, Charlotte Whitton, au nouvel édifice qui hébergera ses nouvelles archives ainsi que le centre de distribution du matériel de sa bibliothèque publique.

L’édifice de 92 000 pieds carrés construit au coût de 40 millions de dollars au 100, promenade Tallwood, dans le secteur de Nepean, doit ouvrir ses portes sous peu.

Mme Whitton a été mairesse d’Ottawa de 1951 à 1956 et de 1960 à 1964. Elle a été la première femme à diriger une grande ville canadienne. Mais contrairement à d’autres anciens magistrats qui sont passés après elle comme Lorry Greenberg et Jim Durrell, son nom tarde à être associé à une infrastructure publique. Elle n’a eu à son nom qu’une salle de l’ancien hôtel de ville d’Ottawa, aujourd’hui la propriété du gouvernement fédéral.

Il faut dire que le bilan de Mme Whitton demeure controversé plus de 35 ans après sa mort. Pour les uns, elle était une visionnaire et une pionnière. Pour les autres, notamment les juifs et les francophones qu’elle considérait comme des « races inférieures », son nom ne rappelle rien de bon.

Le comité municipal des finances et du développement économique étudiera le dossier la semaine prochaine.

*********************

Adresses utiles :

Ville d’Ottawa : https://ottawa.ca/cgi-bin/mailto.cgi?form=rfi&lang=fr&key=comites&dom=ottawa.ca

Assemblée de la francophonie de l’Ontario : communications@monassemblee.ca

Congrès juin canadien : info@cjc.ca