ENGLISH ONLY

Athena Athena

Association pour la défense et la promotion des langues officielles de la Communauté européenne

 


Bruxelles , 3 mars 2011

English only? Non merci

Suite à la rencontre entre David Cameron et José Manuel Barroso, nous pouvons lire dans l’information à la presse du 17 février qu’ils « ont convenu de continuer à s’employer de concert à inciter un plus grand nombre de diplômés britanniques à faire carrière au sein des institutions de l’UE. » pour rétablir la représentativité des Britanniques au sein des Services de la Commission. Cela nous trouve parfaitement d’accord.

Ce qui nous étonne, par contre c’est que le Financial Times, trois jours plus tard, publie, en première page, un article intitulé « Brussels seeks to woo monoglot Brits ». Par cet article, on nous apprend que le Président étudierait l’option d’organiser, au bénéfice des Britanniques, un concours d’entrée à la Commission uniquement en anglais. Il nous est difficile de croire à cette information puisque le Président de la Commission ne peut être aussi peu averti pour songer à une solution qui, à elle seule, constitue un scandale et une infraction au Statut, puisque celui-ci prévoit la connaissance de, au moins, deux langues pour être nommé fonctionnaire et trois langues pour être promu.

Soulever la connaissance d’une deuxième langue comme une cause à la sous représentation des Britanniques au sein de l’institution n’est-elle pas leur faire injure? Cela signifie-t-il que les Britanniques seraient les seuls Européens incapables d’apprendre de façon satisfaisante une autre langue des Communautés?

L’application d’une discrimination positive n’a de sens que lorsque elle vise à réparer une discrimination préalable. Par exemple, dans ce cas, celle qui se pratique envers les ressortissants d’un État Membre dont le poids démographique, économique, institutionnel et culturel est équivalent à celui du Royaume-Uni et auxquels on impose des concours où ils doivent s’exprimer, uniquement et obligatoirement, dans une langue étrangère, à savoir anglais, français, allemand. Dans ce contexte, comment justifier une politique de discrimination positive à l’égard des citoyens de sa très Gracieuse Majesté, alors qu’elle est refusée aux vrais discriminés y inclus les handicapés?

La sous représentation des Britanniques est d’ailleurs le résultat d’une analyse superficielle de la situation. Car s’il est vrai que, en nombre absolu, les Britanniques sont sous représentés, il est tout aussi vrai qu’ils sont très bien représenté dans les postes de prestige et de grade élevés, ils constituent la quasi-totalité des Porte-parole et ils totalisent 23% des postes de niveau directeur général, c’est-à-dire 7 postes sur 30 alors que l’Allemagne et l’Italie en comptent 4, la France et l’Espagne 3. Sans parler du fait que nous avons une Britannique, Vice-présidente de la Commission et à la tête du Service européen pour l’action extérieure.

La vraie question ne serait-elle pas plutôt de savoir si, les conditions de travail au sein des Services de la Commission, qui se sont progressivement dégradés, ne seraient plus très attractives pour attirer les Britanniques.

Le Comité exécutif

 


 

Athena, c/o Action et Défense, Commission Européenne, Joseph II 79 10/216 – 1049 Bruxelles
Tél :0032 (0)2 29 92224, portable : 0032 (0)479 413338, courriel : Athena@swift.lu