CONTRE LES PRIMES À L’ANGLAIS

Les jeunes péquistes de l’Outaouais contre la prime au bilinguisme à la Ville de Gatineau 

Les jeunes du Parti Québécois de l’Outaouais s’opposent à la nouvelle prime au bilinguisme que veut instaurer la ville de Gatineau. Cette mesure aura pour but d’accélérer le processus d’anglicisation à la ville de Gatineau. «La ville veut s’assurer de mieux payer les employés qui connaissent l’anglais. On dirait que nous reculons à l’époque où le statut de francophone nous empêchait d’obtenir les emplois les mieux rémunérés», déclare Marc-André Provost, président des jeunes du Parti Québécois de l’Outaouais.

Il est important de noter que la ville de Gatineau ne dispose pas d’un statut bilingue et que même dans la fonction publique québécoise, il n’y a aucune prime au bilinguisme. Monsieur Provost pense que la ville de Gatineau devrait être le porteur du flambeau francophone dans la région de l’Outaouais. La région accueille de plus en plus de résidents ontariens majoritairement anglophones : cette situation est causée par le prix des habitations beaucoup plus abordable du côté québécois de la rivière des Outaouais. Cela accélère le processus d’assimilation de façon considérable. «C’est plutôt la connaissance adéquate du français qui devrait être encouragée par la ville de Gatineau. Cette prime sera payée majoritairement par des contribuables de la ville de Gatineau, pour qui cette dépense n’est d’aucune utilité », a ajouté le président des jeunes péquistes.

Source :

Jean-François Primeau
Président du Parti Québécois de l’Outaouais

Marc-André Provost
Président des jeunes du Parti Québécois de l’Outaouais