CHARTE DE LA LANGUE FRANÇAISE

Extrait du site de Radio-Canada à http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2011/02/05/002-reactions-bernier-loi101.shtml

Maxime BernierLe gouvernement conservateur de Stephen Harper semble vouloir se dissocier de propos controversés tenus par le député de Beauce, Maxime Bernier, sur la Charte de la langue française, la loi 101.

Tandis qu’il parlait de déréglementation dans le cadre d’une entrevue à la station de radio Halifax News 95,7, vendredi, M. Bernier a remis en question l’utilité d’une loi pour protéger la langue française au Québec.

C’est comme au Québec, nous n’avons pas besoin de la loi 101 pour protéger la langue française. Ils savent que nous parlons français au Québec et que nous parlerons français encore longtemps, je crois bien.

— Le député conservateur Maxime Bernier

Dans un courriel envoyé aux journalistes, le directeur des communications du premier ministre, Dimitri Soudas, a déclaré que « le gouvernement Harper respecte les compétences des provinces ».

Christine St-Pierre

Christine St-Pierre, ministre de la Culture et des Communications

À Québec, la ministre responsable de la Charte de la langue française, Christine St-Pierre, a déclaré qu’elle était « tout à fait en désaccord » avec la déclaration de Maxime Bernier. « C’est même irresponsable de dire des choses comme celles-là, parce que la façon dont le Québec s’est bâti, au cours des 400 dernières années, et la façon dont le Québec va continuer à se bâtir, c’est en protégeant sa langue et son identité », a-t-elle dit.

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, a aussi exprimé son désaccord. « [Maxime Bernier] devrait peut-être venir plus souvent à Montréal! S’il n’y avait pas eu une loi 101, peut-être que déjà on serait en train de s’assimiler », a lancé Mme Marois.

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a soutenu que Maxime Bernier était « prêt à tout faire pour se rendre populaire dans le reste du Canada, quitte à se renier lui-même ». M. Duceppe a plaidé pour « des formes d’intégration pour que ceux et celles qui nous viennent d’ailleurs s’intègrent à la culture […] bien sûr en la modifiant, et ça c’est positif ».

Bernard Bigras

Bernard Bigras, député du Bloc québécois

En entrevue à RDI, le député du Bloc québécois dans Rosemont-La Petite Patrie, Bernard Bigras, a réclamé du premier ministre Harper qu’il remette rapidement à l’ordre son député. Selon M. Bigras, le gouvernement fédéral n’a jamais accepté que la loi 101 s’applique dans les milieux de juridiction fédérale comme les ports et les aéroports. S’il laisse passer les propos de Maxime Bernier sans rien dire, « on finira par croire que c’est la position du gouvernement canadien », a soutenu le député bloquiste.

À Montréal pour souligner les cinq ans de son parti, la porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, a déclaré à RDI : « Maxime Bernier a raté une belle occasion de se taire ». Elle a qualifié la sortie de M. Bernier de « surréaliste ».

Rédigée par le ministre du Parti québécois Camille Laurin et adoptée à l’Assemblée nationale le 26 août 1977, la loi 101 faisait suite à une longue crise linguistique. La loi 63 du gouvernement unioniste de Jean-Jacques Bertrand, en 1969, et la loi 22 du gouvernement libéral de Robert Bourassa, en 1974, l’avaient notamment précédée, dans la controverse.

Des propos qui font réagir

Dans la même entrevue à la radio d’Halifax, Maxime Bernier a aussi rejeté l’utilité d’une législation sur les investissements étrangers et les entreprises de télécommunication étrangères au Canada. « Nous n’avons pas besoin d’une loi pour nous dire qui nous sommes, que nous sommes différents des Américains. Nous savons qui nous sommes ».

Maxime Bernier avait également provoqué la controverse, en octobre dernier, lorsqu’il a déclaré qu’il prônait l’abolition du pouvoir fédéral de dépenser.

Ancien ministre des Affaires étrangères, M. Bernier avait perdu son poste en mai 2008, après qu’il eut reconnu avoir laissé des documents confidentiels chez son ex-amie Julie Couillard.

Adresse utile : Maxime Bernier : BerniM@parl.gc.ca