SONDAGE

Sondage: la francophonie est une idée menacée par la langue anglaise

Sondage exclusif sur les Français et la francophonie effectué par l’institut Isama pour le Service d’information du Gouvernement. L’enquête a été réalisée, du 12 au 17 février 2010, par téléphone auprès d’un échantillon représentatif* de 1 006 personnes âgées de 18 ans et plus.

La francophonie est-elle une idée dépassée ? Non, les Français restent très attachés à la francophonie. Quelque 91 % des Français interrogés se sentent francophones avec un sentiment de solidarité marquée pour les pays francophones (55 %). Une idée donc toujours d’actualité qu’il convient de développer, voire de défendre. 90 % des Français estiment en effet que la francophonie devrait être davantage défendue. Par des actions tant dans le domaine des échanges universitaires internationaux que dans la promotion des valeurs de la francophonie et de la langue française.

Un fort attachement à la langue française
La langue française est un instrument de rayonnement tant pour la France (91 %), les universités françaises (83 %) que pour les entreprises françaises (66 %). C’est le diagnostic partagé par une forte majorité de Français qui sont 54 % à associer spontanément la francophonie à la langue française qui conserve un réel prestige.

Cependant, pour une majorité de Français, la francophonie est une idée menacée, tout d’abord par la suprématie de la langue anglaise. (…)

Les ferments de l’identité francophone
Outre la langue française, d’autres thèmes fédérateurs constituent l’identité francophone : les Français sont en effet 70 % à considérer la culture française (histoire, littérature, gastronomie, que la francophonie porte en elle etc.) et les valeurs de démocratie, de paix et de droits de l’homme (47 %) comme constitutifs de la francophonie. Des valeurs communes que l’OIF doit défendre en priorité selon 73 % des personnes sondées.

Pour lire tout l’article :
http://www.thewebconsulting.com/media/index.php?2010/03/23/11876-sondage-la-francophonie-est-une-idee-menacee-par-la-langue-anglaise