RECENSEMENT CANADIEN

Le recensement: quelles données linguistiques devrait-on mesurer?

Plusieurs semblent s’insurger devant la décision du gouvernement Harper de mettre fin à l’obligation de répondre au long questionnaire envoyé précédemment au cinquième de la population, la partie qui allait au-delà de la langue maternelle. Recensement après recensement, l’assimilation des francophones et une réduction de leur proportion dans la démographie canadienne sont pourtant déjà manifestes. Le déclin rappelle celui du manque de leadership ou volonté politique que le Commissaire aux langues officielles observe rapport après rapport.

D’autre part, on sait fort bien que les données du recensement sont utilisées par les bureaucrates et politiciens des villes et provinces du Reste du Canada (RdC) pour justifier toutes prestations de services potentiellement reliées au français : bibliothèque, musée, culture, relations publiques/affichage, service à la clientèle, personnel, écoles d’immersion, enseignement post-secondaire, etc. Il est électoralement donc rentable en temps de coupures de réallouer les budgets aux démographies asiatiques montantes, par exemple. Nos amis asiatiques, anglophones ou issus de la nouvelle immigration qui très souvent par le passé envoyaient leurs enfants en immersion réalisent que le français n’est plus considéré sérieusement et s’en éloignent. Inutile de mentionner l’impact sur notre prochaine génération de francophones, les nouveaux arrivants francos ou encore les derniers résistants.

Pourquoi donc alors tant s’entêter à continuer de mesurer le taux de mortalité des francophones dans le RdC aux 5 ans? Cette pratique n’a certes pas aidé à mettre à jour les politiques publiques canadiennes en matière de dualité linguistique et médias, parmi autres. Pourquoi ne pas plutôt essayer de voir quelle nouvelle réalité linguistique l’a remplacé dans un monde multilingue et super branché?

Témoin d’un déclin récent marqué de la situation du français dans l’Ouest canadien, je ne peux que conclure que ceux qui se préoccupent des données linguistiques du recensement sont isolés dans des ghettos linguistiques institutionnels autant dysfonctionnels que mal branchés. De meilleures politiques publiques reliées à une reprise de français pourraient être élaborées si plus de canadiens étaient motivés à leur brasser la cage. Entre temps, je désespère…

Réjean Beaulieu, Vancouver

Référence – la version originale (publiée sur Facebook): Le recensement: quelles données linguistiques devrait-on mesurer?