RADIO-CANADA : CHRONIQUE « DÉCULTURÉE »

Encore une fois ce soir au Téléjournal de Radio-Canada, et pour la nième fois récemment, le précieux temps d’antenne de la chronique culturelle a été consacré EXCLUSIVEMENT à promouvoir des artistes dont la production est en langue anglaise ( un groupe de jeunes «Dukes» qui marchent fièrement dans les traces de Simple Plan, comme se plaît à le souligner le chroniqueur, et Ima, qui produit récemment en anglais seulement). Et la chose est devenue tellement courante et galopante que le chroniqueur, Claude Deschênes, ne prend même plus la peine de mentionner ni de questionner ce renoncement linguistique, cet envahissement (auquel ses choix de couverture contribuent de toute évidence). Je pense qu’on est en droit d’affirmer qu’il y a ici un phénomène grandissant d’assimilation qu’on l’on refuse de nommer par son nom et auquel participe activement la SRC, en dépit du fait qu’elle devrait plutôt travailler à la préservation de notre identité culturelle menacée. On peut aussi y voir une sorte d’attitude de « colonisé », en partant du principe qu’une situation réciproque (c.-à-d. par exemple, la promotion d’un artiste anglophone qui créerait en français uniquement) n’est pas à la veille d’obtenir la moindre couverture du côté des médias anglos (à commencer par la CBC). Et la seule chose qui me semble pouvoir justifier cette absence de réciprocité dans le traitement de la réalité culturelle, c’est une malheureuse attitude de soumission colonisée des chroniqueurs francophones à l’égard de la production en langue anglaise. Quelle tristesse et quelle coûteuse démission!

Robert Morin, St-Jean-de-Matha

Adresse utile : ombudsman@radio-canada.ca