« BE BREIZH ! »

Be BreizhIl paraît que la Bretagne et la Catalogne sont aujourd’hui, dans toute l’Union européenne, les régions les plus attachées à la promotion de leur langue régionale et les plus ouvertes à l’invasion anglomaniaque. Pour ce qui est de la Bretagne, on ne voit pas vraiment de raison d’en douter. Dopé tout à la fois par la décentralisation des pouvoirs publics et par la construction européenne, le régionalisme linguistique y est, en effet, en plein essor. Quant à l’anglomanie, elle y atteint les sommets que l’on sait, notamment dans le milieu du tourisme.

D’où la prolifération, en Bretagne, d’expressions nouvelles associant mots anglais et bretons, mêlant inspiration commerciale et culturelle (ou politique), comme si la langue française n’existait pas. Elle n’épargne évidemment pas les administrations publiques (communes, départements et conseil région), loin de là. C’est ainsi que le Président du Conseil régional de Bretagne a présenté tout récemment un nouveau film (en deux versions) de promotion du tourisme en Bretagne. Son nom : « Be Breizh ! ». Le recours au mot anglais « be » étant tout de même appelé à soulever certains interrogations, voire même certaines critiques, le CRT (Comité régional du tourisme) le justifie en présentant ce slogan commercial comme un « appel général et universel de ralliement qui ne nécessite pas de traduction et donc utilisé invariablement à l’international  … En adoptant « Be Breizh ! », le CRT veut créer une expression unique qui ne peut appartenir qu’à la Bretagne, ancrée dans son identité, pour se démarquer encore plus fortement et durablement des autres territoires. « Be Breizh ! » répond au double objectif de rajeunir l’image et de mobiliser les Bretons. »

C’est que le verdict des agences de « pub » et de communication est formel et sans appel : quand il s’agit de donner un nom à un produit, à un service, de définir une raison sociale ou une enseigne commerciale, une action de promotion quelconque, y compris donc celle d’une région de France, l’essentiel est d’utiliser le moins possible de mots français. Ceux-ci sont « vieux », ils ont fait leur temps, et, au contraire par exemple de « Be » et de « Breizh », seraient bien incapables de « rajeunir l’image » de la Bretagne. Sauf exception rarissime, les dirigeants économiques et politiques valident ce dénigrement systématique, ce bannissement de la langue française en se soumettant volontiers, sans doute même avec enthousiasme parfois, à ce diktat. Pour eux, ce sont lesdites agences qui, en la matière, font la loi, celle des marchés, bien entendu.

Jean-Pierre Busnel


Chers correspondants,

Il paraît que la Bretagne et la Catalogne sont aujourd’hui, dans toute l’Union européenne, les régions les plus attachées à la promotion de leur langue régionale et les plus ouvertes à l’invasion anglomaniaque. Pour ce qui est de la Bretagne, on ne voit pas vraiment de raison d’en douter. Dopé tout à la fois par la décentralisation des pouvoirs publics et par la construction européenne, le régionalisme linguistique y est, en effet, en plein essor. Quant à l’anglomanie, elle y atteint les sommets que l’on sait, notamment dans le milieu du tourisme.

D’où la prolifération, en Bretagne, d’expressions nouvelles associant mots anglais et bretons, mêlant inspiration commerciale et culturelle (ou politique), comme si la langue française n’existait pas. Elle n’épargne évidemment pas les administrations publiques (communes, départements et conseil région), loin de là. C’est ainsi que le Président du Conseil régional de Bretagne a présenté tout récemment un nouveau film (en deux versions) de promotion du tourisme en Bretagne. Son nom : « Be Breizh ! » (voir ci-dessous en pièce jointe). Le recours au mot anglais « be » étant tout de même appelé à soulever certains interrogations, voire même certaines critiques, le CRT (Comité régional du tourisme) le justifie en présentant ce slogan commercial comme un « appel général et universel de ralliement qui ne nécessite pas de traduction et donc utilisé invariablement à l’international  … En adoptant « Be Breizh ! », le CRT veut créer une expression unique qui ne peut appartenir qu’à la Bretagne, ancrée dans son identité, pour se démarquer encore plus fortement et durablement des autres territoires. « Be Breizh ! » répond au double objectif de rajeunir l’image et de mobiliser les Bretons. »

C’est que le verdict des agences de « pub » et de communication est formel et sans appel : quand il s’agit de donner un nom à un produit, à un service, de définir une raison sociale ou une enseigne commerciale, une action de promotion quelconque, y compris donc celle d’une région de France, l’essentiel est d’utiliser le moins possible de mots français. Ceux-ci sont « vieux« , ils ont fait leur temps, et, au contraire par exemple de « Be » et de « Breizh« , seraient bien incapables de « rajeunir l’image » de la Bretagne. Sauf exception rarissime, les dirigeants économiques et politiques valident ce dénigrement systématique, ce bannissement de la langue française en se soumettant volontiers, sans doute même avec enthousiasme parfois, à ce diktat. Pour eux, ce sont lesdites agences qui, en la matière, font la loi, celle des marchés, bien entendu.

Bien à vous.

Jean-Pierre Busnel