PALAIS DES ARTS

HopeIl y a un an, le 16 juin 2009, j’évoquais l’inauguration, au Palais des Arts de Dinard (charmante station balnéaire très réputée de la Côte d’Emeraude, à quelque 65 kilomètres au nord de Rennes), de l’exposition d’une petite partie de l’immense collection privée d’oeuvres d’art contemporain de M. François Pinault, homme d’affaires breton, l’une des plus grandes fortunes de France. Intitulée « Qui a peur des artistes ?« , cette exposition se tenait, curieusement, sous l’égide de la « François Pinault Foundation » ! Le mot anglais foundation ne différant du français fondation que par une lettre, le parti pris anglomaniaque était manifeste. Du coup, mélangeant les genres, les journalistes et les commentateurs usèrent à cette occasion d’un anglicisme syntaxique pour désigner cette fondation. Ils ne parlaient pas de la Fondation François Pinault, mais de la François Pinault Fondation. C’était même le cas du site internet officiel de la ville de Dinard qui, sur sa page d’accueil, évoquait cette « sélection d’oeuvres de la François Pinault Fondation« .

Cette année, dans les mêmes lieux, une seconde exposition d’art contemporain « témoigne de la volonté de la ville de Dinard de s’inscrire dans la création d’aujourd’hui« . A travers une cinquantaine d’oeuvres, il s’agit, sur le thème de l’espoir, d’un voyage initiatique au sein de la culture biblique allant de la Genèse à l’Apocalypse en passant par l’Exode. Cette fois encore, les organisateurs et leurs conseils en communication ont estimé que la langue française était indigne d’exprimer la modernité. C’est bien entendu l’anglais qui a eu leur préférence. D’où le titre de l’exposition : « Hope » (espoir en français, voir ci-dessus).

Je suis entré dans ce Palais des Arts de Dinard. C’était un dimanche, à l’heure du déjeuner, et les quatre ou cinq jeunes gens de l’accueil étaient désoeuvrés. J’ai eu tout le temps de leur dire ce que je pensais de cette nouvelle manifestation d’anglomanie. Ils m’ont sagement écouté et ont paru passablement médusés. Sans doute ne sont-ils pas habitués à entendre des observations de ce genre de la part des visiteurs en général, eux-mêmes considérant évidemment cet anglicisme comme allant de soi. En outre, en discutant avec de très jeunes gens, qui vivent désormais entre eux et qui n’ont que peu de contacts avec les adultes, on a parfois le sentiment qu’ils ne sont guère accoutumés à être contredits par ces derniers et, a fortiori, à ce qu’on leur tienne tête (l’enfermement de la jeunesse dans un monde à part est l’une des grandes caractéristiques de la société contemporaine). Toujours est-il que comme justification à cette utilisation insolite d’un mot anglais pour désigner une exposition d’art en France, l’un d’entre eux, mon interlocuteur principal, m’a répété à deux reprises : « C’est une question de choix !« 

Voilà bien une excellente explication. Le sujet postmoderne aspire, en effet, à la plus parfaite autonomie. Il veut être, en tous domaines, libre de ses choix, libéré du fardeau, du carcan des héritages. Le très subtil Allan Bloom (1930-1992), qui a enseigné la philosophie politique à Chicago, a, l’un des premiers, au lendemain de la grande révolution culturelle des années 60, parfaitement discerné chez ses étudiants ce vent culturel nouveau aux Etats-Unis. Voici des extraits significatifs de ce qu’il écrivit à ce sujet dans son très remarquable ouvrage L’âme désarmée. Essai sur le déclin de la culture générale (chez Julliard, 1987) :

« Du fait de cet avenir indéterminé et ouvert et de l‘absence de tout passé aliénant, les âmes des jeunes Américains se trouvent à un stade comparable à celui des premiers hommes à l’état de nature : ils sont nus spirituellement, sans relations, isolés, sans aucune connexion héritée ou inconditionnelle avec quoi que ce soit ni qui que ce soit. Toutes leurs relations doivent résulter d’un consentement, d’un contrat, d’un choix. Aucune n’est donnée d’avance … Ils (les fils des classes moyennes) peuvent être tout ce qu’ils souhaitent être, mais ils n’ont aucune raison particulière de souhaiter être quelque chose en particulier. Ils ne doivent pas seulement choisir le lieu où ils vivront; ils doivent aussi choisir s’ils croiront en Dieu ou s’ils seront athées, à moins qu’ils ne laissent la question en suspens en étant agnostiques; s’ils seront hétérosexuels ou homosexuels, à moins qu’à nouveau ils ne se laissent libres d’être l’un et l’autre; s’ils se marieront et s’ils resteront mariés; s’ils auront des enfants, et ainsi de suite, à l’infini. Il n’existe aucune nécessité, aucune morale, aucune pression sociale, aucun sacrifice à faire qui milite en faveur ou à l’encontre d’aucune de ces directions, et il existe des désirs qui s’orientent vers chacune d’entre elles, avec, contradictoires entre eux, des arguments pour étayer chacun des choix. »

« Laissez-moi faire de moi ce que je veux » écrivait, à la même époque, André Bercoff dans son Manuel d’instruction civique pour temps ingouvernables (Grasset, 1985). A l’heure de la globalisation, de l’individualisme et de l’hédonisme triomphants, du « bougisme« , de l’aspiration au métissage généralisé, du relativisme culturel (tout se vaut), aucune autorité transcendante (idéologie), historique (la tradition), parentale, majoritaire ou politique (la loi démocratique) ne peut prétendre infléchir les préférences du sujet postmoderne, régenter ses comportements, contrarier sa prédilection pour une forme de société qui met à sa disposition toutes les formes de vie, le libère de la morale ancienne du menu unique au profit d’un choix à la carte. Et surtout pas celle issue d’un passé nécessairement périmé, « car le pire est désormais d’apparaître en héritier » (Francis Brochet, La Grande Rupture, éditions du Toucan, 2010). Dans ces conditions, aux yeux des jeunes générations une langue ne saurait évidemment prétendre à l’hégémonie, ni même à quelque supériorité que ce soit, au motif qu’elle est « maternelle » (c’est pourquoi l’attachement à la langue est une fonction croissante de l’âge des individus). Et si l’anglais séduit autant les jeunes gens des deux sexes c’est, essentiellement, parce que c’est dans cette langue que s’exprime ce qui est, et de très loin, leur immense passion commune : la musique rock et ses dérivés, élément constitutif central de la culture mondiale de la jeunesse.

Jean-Pierre Busnel
Président de l’IAB