LIGUE CANADIENNE DE FOOTBALL (LCF)

Le 16 août 2010

Madame Éva LUDVIG, représentante
Centre de réception des plaintes
Commissariat aux langues officielles du Canada (CLO)
425, rue Sherbrooke, Ouest, Suite 904
Montréal (Québec) H3A 3G5     Télécopieur :         514 283-6677

OBJET :       PLAINTE – UNILINGUISME ANGLOPHONE –

LIGUE CANADIENNE DE FOOTBALL (LCF)

Madame,

Dans l’unique but de donner suite aux processus et suggestions que nous fait le Commissariat aux langues officielles (CLO) de lui fournir toute information pouvant appuyer les plaintes qui lui sont adressées, j’aimerais bonifier de quelques arguments la plainte que je vous adressais la semaine dernière concernant l’unilinguisme anglophone de la Ligue canadienne de football (LCF); une institution toute canadienne, vieille de plus de 50 ans.

Ma plainte concernait cet arbitrage et ces décisions qui continuent de se faire en anglais seulement (même déjà par un francophone !) et ce, devant des stades bondés qui défient toutes les statistiques d’assistance lors de ces matchs des Alouettes de Montréal et qui sont retransmis telle « une vitrine culturelle de la Ville et du pays », non seulement au Canada, mais même à l’étranger.

En effet, en ce lendemain de « Grand Tintamarre » et de cette Fête nationale des Acadiens, je découvre avec grand étonnement que le ministre conservateur de la Défense et député de Nova-Centre, Monsieur Peter McKay a annoncé, en octobre dernier, par voie de communiqué[1] officiel associé au « Plan d’action économique du gouvernement fédéral », le versement d’une subvention de 1,5 $ millions à la LCF pour la seule tenue, le 26 septembre prochain, d’un match spécial appelé « Touché-Atlantique ». Celui-ci mettra aux prises les Argonauts de Toronto et les Eskimos d’Edmonton au stade de l’Université de Moncton, un établissement d’enseignement supérieur de langue française reconnu en Acadie et dans la Francophonie pour l’excellence de ses programmes d’études et de recherche.

Récipiendaire de telles contributions provenant des payeurs et payeuses de taxes de tout le Canada et profitant, en plus, des ondes de réseaux de radios et de télés selon des droits et des permis accordés par le Conseil de la radio et de la télédiffusion canadienne (CRTC); cette Ligue canadienne de football (LCF) et chacune de ses équipes professionnelles et leurs nombreux partenaires constituants n’ont-ils pas l’obligation de se conformer à des pratiques minimales de gestion et d’applications de la Loi sur les langues officielles ?

Ne doivent-ils pas le faire aussi aux plus hautes instances de cette LCF et dans chacune des villes actuelles et futures représentées dans celle-ci et ce, au même titre et en conformité des sévères recommandations[2] de votre récent Rapport d’enquête suite aux nombreuses « ratées » lors des cérémonies d’ouverture et de clôture des JO de Vancouver ? Le Commissariat aux langues officielles n’exige-t-il pas maintenant de la part du gouvernement canadien plus de resserrements de ses clauses linguistiques dans ses accords, de même que des résultats attendus et des indicateurs de rendement afin de respecter le bilinguisme, peu importe l’endroit où il doit être véhiculé au Canada que ce soit à Pictou en Nouvelle-Écosse, à Saint-Léonard au Nouveau-Brunswick, à Montréal au Québec ou dans une capitale comme Ottawa ?

À mon sens, peu importe que vous ayez été sur la « Liste des plus grands décideurs marketing sportifs du Globe and Mail » ou que l’on vous ait intronisé, par le passé, au titre de « Grand Montréalais », nul ne peut se soustraire aux lois y compris la Loi sur les langues officielles en vigueur au Canada depuis 1969. Au contraire, tous doivent montrer l’exemple et s’assurer que cette loi n’ait pas à perdurer 50 autres années !

En espérant une réponse favorable quant à ma plainte qui rejoint des milliers de citoyens au pays qui ne souhaitent plus « rester sur les lignes de côté » ou demeurer docilement dans une quelconque « équipe  B » en matière de droits linguistiques et de respect du français et des francophones.

Veuillez croire, Madame Ludvig, en l’assurance de mon entière coopération et agréer l’expression de mes sentiments distingués.

Gérard Briand, MBA (entreprises collectives)
Montréal (Québec)

C. c.

L’honorable Shawn Graham, premier ministre du Nouveau-Brunswick

L’honorable Jean Charest, premier ministre du Québec

Monsieur Marc Cohon, Commissaire, Ligue canadienne de football

Monsieur Larry Smith, Président, Les Alouettes de Montréal

Monsieur Bob Nicholson, Président directeur général
Les Argonauts de Toronto

Monsieur Yvon Fontaine, Recteur et Vice-chancelier
Université de Moncton

Monsieur George Leblanc, Maire de la Ville de Moncton

Monsieur Régis Labeaume, Maire de la Ville de Québec

Ministres et députés critiques en matière de Patrimoine, Langues officielles et Francophonie.

Présidences et directions générales :

  • Société nationale des Québécois (SNQ), Montréal (Québec)
  • Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), Petit-Rocher, N.B.  
  • Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick (FJFNB)  
  • Conseil jeunesse provincial (CJP), Darmouth
  • Société Saint-Thomas d’Aquin (SSTA), Summerside, Î.P.E.
  • Jeunesse acadienne, Summerside
  • Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL), Saint-Jean (Terre-Neuve-Labrador)
  • Franco-Jeunes de Terre-Neuve et du Labrador (FJTNL)
  • Les Amitiés acadiennes, Paris, France
  • Corporation des Acadiens aux Îles-de- la-Madeleine (Québec)
  • Comité Louisiane-Acadie, Lafayette (Nouvelle-Orléans), USA
  • Association Miquelon Culture Patrimoine, Saint-Pierre et Miquelon
  • Coalition des organisations acadiennes du Québec, Québec
  • Assemblée communautaire fransaskoise, Régina
  • Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Ottawa
  • Association canadienne française de l’Alberta, Edmonton
  • Association des francophones du Nunavut, Iqaluit
  • Association franco-yukonnaise, Whitehorse
  • Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE), Dartmouth
  • Fédération des francophones de la Colombie-Britannique, Vancouver
  • Fédération Franco-téNOise, Yellowknife
  • Société franco-manitobaine, Saint-Boniface

Médias.

 


[1] « Les gouvernements du Canada et du Nouveau-Brunswick font équipe pour la tenue d’une joute de la CFL à Moncton », Plan d’action économique du Canada, l’Hon. Peter McKay, Ministre de la Défense et ministre de l’Agence de promotion économique du Canada Atlantique, 9 octobre 2009, Ottawa : http://www.actionplan.gc.ca/fra/media.asp?id=2044

[2] « Jeux de Vancouver – Des exigences de bilinguisme à respecter ». Informations nationales, Société Radio-Canada, Ottawa, 12 août 2010 : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2010/08/12/001-rapport-fraser-bilinguisme.shtml