LE FRANÇAIS ASSASSINÉ EN FRANCE

Comment le français est assassiné en France…

Résistance

Si de Gaulle faisait un appel aujourd’hui, ce ne serait pas un appel du 18 juin mais un appel de tous les jours afin de sauver notre langue française qui devient, grâce à la sous-culture journalistique et publicitaire, la poubelle de la sous-culture anglo-saxonne.

On nous ressort De Gaulle à coup de livres, de débats, de sentences. Des politiques vont prendre la pose à Colombey-les-Deux-Eglises avec des airs inspirés comme s’ils avaient compris le message : la grandeur de la France, son indépendance… Mais de quelle indépendance nous parle-t-on ? Economique ? Cela fait longtemps que des pans entiers de notre économie et de notre patrimoine ne nous appartiennent plus. Politique ? Nous avons rejoint avec plus de pertes que de fracas le commandement intégré de l’Otan dont De Gaulle s’était sorti pour nous enliser en Afghanistan dans une guerre qui n’est pas la nôtre. Linguistique ? L’anglais est devenue quasiment la langue nationale de la télévision tandis que notre propre langue se rabougrit chaque jour d’avantage.

Des exemples ? Mais je vous en trouve à la pelle. Prenez les titres des films américains que les spectateurs vont aller ingurgiter cette semaine à Reims : « Unstoppable » ; « Buried » ; « Fair game » ; « The American » ; « Paranormal activity2 » ; « The social Network » ; « Very bad cops » ; « Welcome to the Risley’s » ; « Biutiful », etc…

Le complexe anglo-saxon

Ne cherchez pas à comprendre, les programmateurs n’ont pas pris la peine de traduire. Il existe pourtant une loi en France, la loi dite Toubon. Qui l’applique ? Personne ! Que disent les politiques, les soit-disant défenseurs de la France ? Rien ! Que fait la justice devant cette loi non appliquée ? Rien ! On fait comme s’il était normal de comprendre l’anglais. Un mépris sans nom pour ceux qui n’ont pas fait d’anglais à l’école, pour ceux qui aimeraient que l’on parle le français en France.

La suite : http://www.lunion.presse.fr/article/francemonde/comment-le-francais-est-assassine-en-france