LA CHANSON FRANÇAISE

« Pour les observateurs de tendances, beaucoup de jeunes groupes français ont choisi, en 2009, d’écrire et de chanter en anglais. D’abord parce que l’anglais est la langue de l’Internet, ensuite parce qu’il faut viser un marché planétaire où le français occupe un rang équivalent à celui du dialecte papou, mais surtout parce que la chanson française ne sait plus quoi penser de la société où elle vit. » (…)

« Les chansons de Ferrat appartiennent-elles à un monde disparu ? « Comme au début de toute révolution, nous ne percevons pas encore les formes du monde futur, pris que nous sommes dans l’effarement face à ce que nous voyons disparaître sous nos yeux assis au milieu des débris du monde passé, incapables d’imaginer l’avenir« , écrit le sociologue Frédéric Martel dans un livre à paraître le 31 mars, Mainstream (Flammarion), somme consacrée à la culture de masse et à l’intégration généralisée du modèle américain. En ce sens, la mort de Ferrat renvoie aux extrêmes : le goût du pain partagé et les plaisirs solitaires de l’iPod. »

Pour lire l’article en entier : http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/03/27/la-chanson-francaise-et-le-monde-disparu-de-jean-ferrat_1325038_3232.html

Merci à M. Henri Masson qui a attiré notre attention sur cet article!