« SLAQUE LA PÉDALE »

Slaque la pédaleLes Villes de Repentigny et de Charlemagne, ainsi que le Service de police de Repentigny, viennent de lancer une campagne promotionnelle de fort mauvais goût ayant pour slogan « Slaque la pédale ». Bien que l’objectif de la campagne, la sécurité routière, soit louable, le slogan, lui, est très loin de l’être. Il est méprisant!

Il constitue un mépris des citoyens et de la langue française et un encouragement à son abâtardissement, ceci de surcroît par des administrations publiques censées être « exemplaires » et « jouer un rôle moteur », selon la Politique linguistique gouvernementale. Bel exemple à donner à nos jeunes!

La Politique gouvernementale relative à l’emploi et à la qualité de la langue française dans l’Administration est pourtant très explicite :

« L’Administration accorde une attention constante à la qualité de la langue française. Elle voit à promouvoir un français de qualité dans les communications de tous ordres. »

Le responsable de la conception de cette campagne, Pascal Saint-Denis, de Communications PSD, tente de justifier la diffusion et la promotion du slogan de mauvais goût ainsi : « Nous voulons lancer un message clair, pour nous assurer que tout le monde saisisse bien son importance ». (Hebdo Rive Nord)

Tout le monde « saisit bien le  message  clair » que lancent les Villes de Repentigny et de Charlemagne et le Service de police pour l’insécurité culturelle et la promotion du franglais : « Pour nous la qualité du français importe peu! Nous investissons dans l’anglicisation, dans la joualisation de la langue française, dans l’isolement du Québec au sein de la Francophonie! »

Bêtise organisationnelle, cette campagne est devenue la risée de tout le Québec et du Québec. Demain, verrons-nous apparaître dans le paysage linguistique du Québec comme phase 2 de la campagne des Villes de Repentigny et de Charlemagne les slogans « As-tu checké tes brakes? » ou

« Check l’air dans tes tires! »?

La langue française est riche de mots et d’expressions qui auraient pu servir à mieux interpeller les automobilistes et aussi à faire la preuve que les Villes de Repentigny et de Charlemagne « jouent un rôle exemplaire et moteur pour promouvoir un français de qualité dans les communications de tous ordres. »

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et Communications
www.imperatif-francais.org

P.-S. Les responsables de cette campagne seront heureux de recevoir vos commentaires aux adresses suivantes :

Ville de Repentigny
mairie@ville.repentigny.qc.ca
communication@ville.repentigny.qc.ca
securite-publique@ville.repentigny.qc.ca
direction-generale@ville.repentigny.qc.ca

Ville de Charlemagne
mairie@ville.charlemagne.qc.ca
greffe@ville.charlemagne.qc.ca

Communications PSD
info@communicationspsd.com

en ajoutant les adresses suivantes en c. c. :
Office québécois de la langue française
info-plaintes@oqlf.gouv.qc.ca

Secrétariat à la Politique linguistique
info@spl.gouv.qc.ca

Hebdo Rive-Nord de Repentigny
equiperedaction@transcontinental.ca

Impératif français
Imperatif@imperatif-francais.org

Voici des commentaires extraits de Cyberpresse et de l’Hebdo Rive Nord de Repentigny :

Slaque la pub!  (Cyberpresse)
Un bel exemple de pollution visuelle à Repentigny. La ville est littéralement tapissée de la publicité:  » SLAQUE LA PÉDALE « . J’ai dû accélérer afin que ma petite-fille ne m’interroge pas:  » Dis, papi, que signifie « slaque la pédale » « . De retour à mon domicile, j’ai vérifié dans le Larousse. Rien. J’ai consulté le dictionnaire des canadianismes. SLACQUE: qui a du jeu, du mou (angl. to slack). Vivement, retournez l’auteur sur les bancs de l’école?!
René St-Pierre, Laval

************************

Arnaud Gensac (Hebdo Rive-Nord)
– 22 Juillet 2010 à 09:26:53 
Repentigny est sur le point de devenir la risée de toute la province avec son inadmissible SLAQUE LA PÉDALE; on en parle dans la Presse et même à la radio; comment un(e) élu(e) responsable a-t-il/elle pu penser que c’était une bonne idée?

******************* 
Jean-Claude Simard (Hebdo Rive-Nord) 
– 16 Juillet 2010 à 09:27:13
Repentigny profite d’une campagne de sécurité routière pour parfaire les connaissances linguistiques de ses citoyens et ceci en leur imposant le slogan « Slaque la pédale ». Hélas, cet exercice est tout à fait risible et frise la vulgarité. On se demande comment une ville qui se prétend sérieuse ait pu accepter une telle entorse à la langue française; on peut imaginer que ce slogan est sans doute le fruit d’esprits incultes et peu imaginatifs. Repentigny sera la risée de tout le Québec!

*************************
Jean-Pierre Harvey (Hebdo Rive-Nord) 
– 14 Juillet 2010 à 15:37:41 
C’est affreux de voir à l’entrée de Repentigny cette annonce où l’on bafoue la lange française de la sorte. RESPECTONS-NOUS!!!! J’aime ma langue, j’essaie de bien la parler et de l’écrire le mieux possible. C’est notre héritage le plus précieux, c »est elle qui nous distingue en Amérique du Nord. N’avez-vous donc pas honte!!! Qui a donc trouvé ce slogan barbare? Oui vous allez me dire que cet anglicisme fait partie de notre langue parlée. Je vais vous dire oui au même titre que tous les mots mal écrits ou mal parlés qui sont utilisés par beaucoup de gens. Ceci n’excuse d’aucune façon qu’un organisme comme le vôtre ne montre pas l’exemple. Le mot ‘slaque'(sic) ne fait pas partie de mon vocabulaire, ni du dictionnaire. Ma conjointe et moi en sommes très offusqués.

************************** 
Denis Boucher  (Hebdo Rive-Nord)   
– 14 Juillet 2010 à 15:31:50
Je suis choqué qu’une grande ville comme Repentigny accepte d’afficher un tel slogan (« Slaque la pédale »). C’est laid et ce n’est pas français. En outre ce n’est pas parce que M. Saint-Denis l’a entendu dans la rue ou dans un téléroman que « slaquer » doit être reconnu comme un verbe bien de chez nous. Avec un raisonnement semblable, il pourrait sans doute ajouter quelques sacres bien québécois pour faire encore plus vrai. Enfin je trouve que le ton de cette campagne contre la vitesse est bien agaçant. Le tutoiement et l’impertinence ne devraient pas avoir leur place dans les publicités d’un organisme gouvernemental. Il y a quelques années, VW avait retiré une publicité (« Tasse-toi, mon oncle! ») pour cette même raison.

Sur le même sujet :
On slaque la pédale à Repentigny
http://www.hebdorivenord.com/Actualites/2010-07-02/article-1477060/On-%26lt%3Bem%26gt%3Bslaque%26lt%3B-em%26gt%3B-la-pedale-a-Repentigny/1

Cet été à Charlemagne et à Repentigny
http://www.ville.repentigny.qc.ca/ralentissement/index.html